Annick Girardin à Chirongui, en terrain conquis

La ministre des Outre-Mer Annick Girardin était à Chirongui ce lundi pour y parler aménagement du territoire, mais surtout, sécurisation des établissements scolaires.
Une visite à haute valeur symbolique, puisque le mouvement de grève générale de cette année a débuté après des affrontements entre jeunes et des caillassages de bus.
En fin de matinée donc, la ministre s’est rendue au lycée de Chirongui pour y constater le dispositif de sécurisation qu’elle avait annoncé en mars, et discuter avec les élèves et acteurs de ce dispositif. « La crise que Mayotte a connue vient de l’insécurité que vivent les parents, mais aussi les enfants. Il était important après ces annonces il y a un mois et demi de voir ce qui ne marche pas mais aussi ce qui marche. »
En l’occurence à Chirongui, lycée paisible avec un hub de transports scolaires sans incident majeur, le risque de grains de sable dans la communication était faible. « Ici ça n’a rien à voir avec Kahani, explique le proviseur Eric Keiser, on a moins de phénomène de bande et on est plus excentrés ». Le chef d’établissement vante aussi « une forte présence du personnel, des adultes » qui joue un fort effet dissuasif.

Circulation des cars scolaires, contrôle des sacs des élèves et discussion avec les médiateurs, équipes mobiles de sécurité et autres services civiques ont occupé le plus clair de cette visite. « J’ai fait un certain nombre d’annonces pour répondre aux questions de sécurité dans les bus, dans les écoles, et aux abords des écoles, explique-t-elle. Je suis venue rencontrer les médiateurs, ceux qui font de la sécurité privée, tous ceux qui travaillent avec les gendarmes. C’est important aussi pour leur dire merci. C’est plus de sécurité. »

Des annonces sur le logement social
Interrogée sur la nécessité ou non de mobiliser les gendarmes sur ces sites scolaires, la ministre soutient et maintient cette politique. « Un chauffeur vient de me dire qu’on lui a coupé deux ceintures. C’est de la sécurité remise en cause. Quand je prends un engagement, je suis là pour montrer que ça se fait. Pour l’instant on en a besoin, donc nous apportons des réponses. On peut espérer qu’un jour il y ait moins besoin de cette présence, c’est ce que je souhaite pour Mayotte. » Pour l’heure, la découverte il y a quelques jours d’une boule de pétanque dans le sac d’un élève justifie le maintien de ces contrôles.

Peu avant de se rendre au lycée, la ministre et son cortège ont visité la commune et évoqué des questions d’aménagement du territoire. « Les visites de ce matin étaient extrêmement importantes car on entre dans des priorités, c’est à dire l’aménagement du territoire, en routes, équipements sportifs, logements. Ici on voit une mairie dynamique qui a des projets, cinq lotissements depuis le début de la mandature, on voit bien la vision d’avenir avec du logement collectif, poursuit-elle, enthousiasmée par une municipalité souvent montrée en exemple. En plus, dans un territoire où on a l’habitude du logement individuel, on arrive à tenir compte de la façon de vivre des Mahorais, poursuit-elle en référence à la construction de ces lotissements qui font la part belle à la culture du jardinet et à l’espace de vie. Il faut qu’on aille beaucoup plus loin dans le logement social, c’est ce que je vais annoncer demain. »

Y.D.

mots clés de l'article : Education , politique , sécurité , Mayotte , transports , lycée , orange , Une , Girardin

à voir également en vidéo

horaire des barges

Petite terre (Quai Issoufali)
Chaque 1/2h: 05h30 - 20h00
Chaque heure: 20h00 - 00h00

Grande terre (Gare maritime)
Chaque 1/2h: 06h00 - 20h30
Chaque heure: 20h30 - 00h30
voir toutes les horaires de barges

actu Mayotte