Le Comité du Tourisme veut passer le relais aux communes

Qui va trouver l’apiculteur qui se cache au Salon du Tourisme et des Loisirs des 15 et 16 septembre ? C’est une des surprises promises par la thématique de cette année qui appelle à mieux connaître les 5 territoires de Mayotte. Avec un objectif du CDTM, leur passer le témoin.

En choisissant le thème du « Tourisme des territoires » pour la 6ème édition du Salon du Tourisme et des Loisirs de Mayotte, le Comité départemental du Tourisme de Mayotte (CDTM) à un objectif bien précis en vue : la passation de relais aux intercommunalités sur une compétence du tourisme qui est devenue la leur.

Sur un territoire où le nombre de touristes plafonne à 50.000, le Salon est quasiment victime de son succès : « L’année dernière il y avait 70 exposants, cette année, nous avons du clore les inscription un mois avant tant les demandes étaient nombreuses. » Cantonné à une place de la République qui devient exiguë (à quand un Palais des Congrès capable d’accueillir concerts et Salons ?), il s’organise en plusieurs zones à thème.

La première s’ouvre aux principales concernées par le thème « Tourismes des territoires », les Intercommunalités. L’article 5 de la loi NOTRe qui définit leurs statuts les oblige en effet à récupérer la compétence du tourisme. « Nous avons organisé en avril un séminaire avec les élus pour les sensibiliser à cette obligations, et nous leur laissons une large part dans cette 6ème édition puisque les Intercommunalités devront présenter les atouts de leurs territoires respectifs, tant culturels que culinaires », explique Siti Fardi, Chargée de projets développement local au CDTM.

Les maires obligés de faire du tourisme

Pour Harouna Attoumani, 1er vice-président du CDTM, il en va de sa crédibilité lorsque Mayotte se déplace dans des Salons Internationaux comme le Top Resa : « Nous vendons du rêve, mais si derrière, personne ne ramasse les ordures, et si rien ne suit, ça va s’apparenter à une publicité mensongère ! » Mettre les élus devant leurs responsabilités et les inciter à mettre en valeur leurs territoires, c’est donc un des objectifs premiers de ce salon.

D’autant que le budget 2017 des Intercommunalités (pour les 3 qui fonctionnent en tout cas) a été voté, en ciblant l’aménagement des communes et la création de syndicats d’initiative. « L’objectif final est que chaque territoire crée le sien comme la loi l’y oblige. Nous ne pouvons pas gérer toutes les problématiques de Kani Keli depuis Mamoudzou. C’est dans l’intérêt des maires », constate Harouna Attoumani, qui rassure, « les chargés de mission des Intercommunalités sont réceptifs à la reprise de cette compétence ».

Il en découle une autre vertu, soulignée par Michel Ahamed, directeur du CDTM, « la consommation touristique par les locaux, les nouveaux arrivants comme les habitants de longue date. »

Koungou en enclave

A ce titre l’affiche de présentation de cette 6ème édition évoque les images les plus représentatives des 5 territoires. » « En dehors de Koungou », confie Siti Fardi. La commune, peu dynamique on le verra pour les Journées du Patrimoine, fait les frais de sa mise à l’écart par les 3 communes du nord. Les Intercommunalités du nord et du sud, la première déstructurée, et la seconde en voie d’organisation, sont celles qui pêchent, « mais nous travaillons avec les GAL (Groupe d’Action Locale) », rassure Siti Fardi.

Le budget alloué par le Conseil départemental, « à la hauteur de l’événement », pour Michel Ahamed, est de 100.000 à 110.000 euros cette année, à peu prés le même montant qu’en 2016. Les stands vont coûter de 50€ à 250€ aux exposants, en fonction de la surface.

Il s’agit de se rapprocher d’un fonctionnement idéal de remontée des informations depuis le terrains, « à la Réunion, le produits du terroir transitent par les Syndicat d’initiatives des territoires », appuie Harouna Attoumani dont on perçoit la lassitude de ne pas voir éclore de vrais projets d’envergure depuis 20 ans de travail. Les offices de tourisme de la région Nosy Be, Diego, Mahajunga, Comores et La Réunion seront présents.

Sports et loisirs, artisanat local, coin gourmand, beauté et détente, activités enfants, avec même une petite nocturne en samedi soir, le Salon vous ouvre ses portes dès le vendredi 15 au matin place de la République.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

à voir également en vidéo

horaire des barges

Petite terre (Quai Issoufali)
Chaque 1/2h: 05h30 - 20h00
Chaque heure: 20h00 - 03h00

Grande terre (Gare maritime)
Chaque 1/2h: 06h00 - 20h30
Chaque heure: 20h30 - 03h30
voir toutes les horaires de barges