Les gendarmes de Mayotte sont les plus agressés de France

A trois jours des rencontres de la sécurité, samedi place de la République, les différents services ont souhaité communiquer sur la sécurité intérieure à Mayotte. Il en ressort de bonnes nouvelles, et d’autres plus inquiétantes.

La délinquance est en baisse. Dit comme ça, ça fait plaisir. Après une hausse importante des faits, tous confondus, entre 2014 et 2015, la tendance à la baisse semble se confirmer cette année, avec une chute de 10% des plaintes. Cependant, les atteintes aux personnes baissent moins vite, et les violences gratuites inquiètent particulièrement les forces de l’ordre.
Le préfet Frédéric Veau se refuse aussi à toute autosatisfaction. « Derrière ces statistiques, il y a des situations personnelles, il y a des victimes, mais il est important de constater cette diminution ».
Une diminution à mettre sur le compte de plusieurs facteurs. Il y a les retombées du plan sécurité Mayotte, avec près de 150 effectifs supplémentaires dans la police et la gendarmerie. Un changement de stratégie aussi sur le terrain, avec des unités plus territorialisées, et des patrouilles accrues aux abords des sites scolaires et touristiques.

Il y a aussi une évolution dans le comportement des citoyens. Les randonneurs se déplacent en plus grand nombre, et des sites jadis prisés, comme les Marches d’Acoua, la plage du Préfet et d’autres, sont moins fréquentés. Sauf par les militaires qui y multiplient les patrouilles afin de faire du flagrant délit.

S’isoler dans les bouchons

La tendance est à la hausse concernant les résolutions d’enquête, ce qui, pour le coup, est une bonne nouvelle objective. Davantage d’enquêteurs et d’officiers de police judiciaire, l’implication du GIGN dans les interpellations et des moyens de criminalistique accrus participent à ce résultat qui se démarque par « une hausse à deux chiffres ».
Toutefois, du travail reste à faire, et plusieurs chantiers sont en cours.
Sur le plan de la prévention, la police de Mamoudzou est allée cette année à la rencontre de pas moins de 5000 écoliers, pour parler drogues, violences ou encore racket. L’installation de dizaines de caméras de vidéo-surveillance devrait débuter en 2018, avec une concentration privilégiée dans les zones les plus sensibles.
Des centaines de tracts sont distribués chaque semaine aux automobilistes pour les sensibiliser aux vols à la portière. Verrouiller son véhicule et fermer ses vitres dans les bouchons constituant le principal conseil.

Usure prématurée des véhicules

Les forces de l’ordre doivent aussi faire face à un fléau qui complique leurs interventions. Leurs véhicules sont fréquemment caillassés, ce qui accélère leur usure, malgré un kilométrage faible. Ainsi, la police a vu un de ses véhicules dégradé dans la nuit de mardi à mercredi. La gendarmerie de son côté a reçu 4 nouveaux véhicules la semaine dernière. Deux ont déjà été caillassés. Le colonel de gendarmerie de Mayotte informe par ailleurs que ses hommes subissent « le taux d’agression de personnels le plus élevé de France ».

Les pompiers de leur côté comptent pas moins de 14 000 interventions par an, à 91% pour du secours à personnes, accidents de la circulation inclus. Les 9% restant sont surtout des incendies. Les accidents domestiques restent rares à Mayotte, malgré un pic pendant le Ramadan avec beaucoup de brûlures d’enfants et d’incidents liés à des installations électriques défectueuses.

Les accidents de la route sont d’ailleurs en légère baisse cette année, malgré déjà 5 morts, contre 7 en 2016. Fait important, la plupart des victimes sont des piétons ou des conducteurs de deux-roues, et les causes sont rarement la vitesse, mais plutôt des comportements à risque.

Y.D.

à voir également en vidéo

horaire des barges

Petite terre (Quai Issoufali)
Chaque 1/2h: 05h30 - 20h00
Chaque heure: 20h00 - 00h00

Grande terre (Gare maritime)
Chaque 1/2h: 06h00 - 20h30
Chaque heure: 20h30 - 00h30
voir toutes les horaires de barges