Un cambriolage pendant la douche, des vols à l’arraché ou par escalade… Les faits divers à Mamoudzou

On reparle également de vols anciens commis dans le quartier Tanafou, au moment où la zone s’enfonçait dans le chaos. Les enquêtes ont permis d’identifier quelques auteurs présumés de cambriolages…

La scène ressemble à un scénario de film : des cambrioleurs ont vidé un logement de nombreux effets personnels de son occupant pendant qu’il était… sous la douche. Les événements ont eu lieu ce mardi 11 juillet à Mtsapéré. La victime s’est tout de même rendue compte que sa maison était visitée et a pu identifier certains des auteurs.
Les policiers de la BAC prévenus, ils sont parvenus à identifier l’un d’entre eux qui les a conduits à l’endroit où était entreposée une partie des objets dérobés.

A Cavani sud, quatre jeunes ont été interpellés après des violences avec arme commises contre un garçon, mineur de moins de 15 ans. Dimanche dernier, le 9 juillet, ils s’en étaient pris à lui, l’accusant d’avoir volé un chien. Les policiers ont d’abord arrêté un des auteurs présumés avant de mettre la main sur trois autres. L’enquête se poursuit.

Vol à l’arrachée en attendant le taxi

Une autre scène de violence s’est terminée par une arrestation, dans la nuit de mercredi à jeudi, peu après 3 heures, un individu alcoolisé a escaladé les barrières protégeant l’entrée de l’établissement le « Zen Eat », zone Nel à Kawéni.
Intercepté par un agent de sécurité, il lui portait deux coups de poing, obligeant les effectifs de la BAC à intervenir. L’homme a fini la nuit au commissariat, le temps pour lui de dégriser.

Pas d’arrestation, en revanche, mercredi dernier, à proximité de l’espace Coralium de Kawéni. Vers 21 heures, une personne attendait un taxi pour se rendre vers Mamoudzou lorsque 3 jeunes lui ont arraché son sac qu’elle portait en bandoulière. Les voleurs ont pris la fuite en direction de la caserne des pompiers et disparaissaient dans Kawéni.

Les enquêtes de Tanafou

Enfin, les enquêteurs ont avancé sur plusieurs vols commis dans le quartier de Tanafou, il y a plusieurs mois, en plein effondrement sécuritaire de la zone. Ainsi, 4 avril 2016, des individus cambriolaient une habitation après s’y être introduits par effraction. Deux traces étaient relevées sur les lieux, permettant à la police scientifique d’identifier un individu, depuis incarcéré dans une autre affaire. Entendu par les policiers, il a reconnu les faits déclarant avoir agi seul.

En revanche, un autre individu mis en cause dans un cambriolage commis le 14 février 2017, a nié les accusations portées contre lui. Les policiers lui reprochaient d’être entré au domicile d’une femme et de son bébé, toujours à Tanafou, en compagnie d’un complice, après avoir escaladé le mur d’enceinte.
Puis, sous la menace d’un chombo, ils auraient cambriolé l’appartement. Après enquête, un des individus, incarcéré lui aussi pour une autre affaire, était reconnu par la victime. Mais il affirme donc ne pas être impliqué.

www.lejournaldemayotte.com

à voir également en vidéo