Aide au développement : mieux vaut investir que guérir pour Mansour Kamardine

A la suite de la commission des finances élargie au cours de laquelle le député Mahorais interpellait le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb sur ce sujet, c’est à l’Assemblée nationale qu’il porte de nouveau l’estocade : les crédits de l’Aide publique au développement (APD) sont insuffisants, notamment pour épauler le développement en Union des Comores.

Le député Mahorais est intervenu lors de l’examen du projet de budget pour 2018 de l’Aide publique au développement, en tant que porte-parole de mon groupe politique à la tribune de l’Assemblée Nationale.

« Aide publique au développement : une goutte d’eau supplémentaire ne fera pas refleurir le désert. Le gouvernement doit faire évoluer sa position d’ici la fin du processus budgétaire. C’est une question de solidarité, mais également de sécurité et de stabilité pour le territoire national, en particulier pour les Outremer », rapporte le député Mansour Kamardine dans un communiqué (Lire Communiqué de presse Mansour Kamardine).

Devant l’Assemblée nationale, il souligne que dans un contexte de « stabilisation du Sahel », et de « mondialisation des filières d’immigration clandestine », « le projet de budget 2018 pour l’APD met enfin un terme à la dégringolade, sans pour autant ni relancer notre APD, ni inscrire le budget dans la trajectoire voulue par le président de la République ».

Mansour Kamardine a une nouvelle fois dénoncé le « décrochage de la France par rapport à nos principaux partenaires, en particulier européens, l’impossibilité matérielle d’atteindre nos objectifs affichés et nos manquements à notre devoir de solidarité à l’égard de peuples amis, souvent francophones, sont-ils, tout juste, stabilisés. »

En exemple « le cas des Comores, la faiblesse de notre APD, qui tourne autour de 10 millions € par an, ne permet pas d’espérer voir ce pays se développer, alors que le coût de l’immigration clandestine comorienne à Mayotte représente, pour les seuls secteurs de l’éducation et de la santé, une dépense budgétaire annuelle plus de 300 millions €. C’est, de nouveau, un mauvais choix budgétaire que de ne pas augmenter sensiblement l’APD à ces 3 pays amis (Haïti, Madagascar et les Comores, ndlr). Mieux vaut dépenser de l’argent pour aider les pays pauvres à se développer et donner l’espoir à leur population qu’elles ont un avenir chez elles, plutôt que dépenser 10 fois plus en les accueillant à l’insu de notre plein gré en France. »

« Il est à espérer que d’ici la fin du processus budgétaire, qui s’achève en décembre, le gouvernement décide de revoir sa copie », conclut-il.

à voir également en vidéo

horaire des barges

Petite terre (Quai Issoufali)
Chaque 1/2h: 05h30 - 20h00
Chaque heure: 20h00 - 00h00

Grande terre (Gare maritime)
Chaque 1/2h: 06h00 - 20h30
Chaque heure: 20h30 - 00h30
voir toutes les horaires de barges