#actu Géographie électorale (France métropolitaine)

"Nous devons dépasser le clivage Droite-Gauche", c'est fait depuis ce week-end dernier en France. La Géographie électorale française de ce 1er tour d'élections présidentielles, est orpheline de sa traditionnelle bipolarisation Gauche et Droite. C'est en sorte un 1991 politique avec pour corolaire une multi-polarisation d'autres clivages au sortir de ce 23 avril 2017 bien moins rassembleurs à l'avenir.

Clivage en termes de représentations sous couvert d'une moralisation de l'opinion publique au travers du vote abstentionniste, du vote blanc, la résurgence du mythe du Front Républicain, l'appel aux consignes de vote ou pas des perdants du 1er tour....divise l'ensemble des Français. Il faudra plus qu'un "diseur" de rassemblement au futur chef de l'Etat. Il faudra un "faiseur" par une politique économique axée sur les oubliés de la mondialisation.

Clivage traditionnel politique entre une France du Nord / Nord-Est / Sud-Sud-Est traditionnellement à Droite contre une France de l'Ouest / Sud-Ouest traditionnellement ancrée à Gauche

Clivage entre aires urbaines de plus de 200.000 hab contre les petites communes rurales. Il y a là un questionnement sur l'impact de la métropolisation accélérateur d'inégalités. Ce clivage entre territoires intégrés à la mondialisation contre ceux en marge de cette mondialisation n'est pas sans rappeler la carte électorale au lendemain du BREXIT au Royaume-Uni. Le Oui l'emportait dans les grandes villes et le Non dans le monde rural.

Paradoxe de ces territoires au sentiment anti-européen affirmé, dominé par un vote FN dans des régions à proximité de la dorsale européenne. Ce sont elles qui bénéficient le plus de politiques d'aides, de fonds européens, du statut de travailleur détaché entre reconversion, tradition et innovation industrielle, de mobilités journalières pour soit y vivre, y faire ses courses, acheter son essence ou cigarettes au moindre soubresaut de Marisol Touraine.

Comme quoi être conservateur, nationaliste, anti-européen, xénophobe n'empêche guère d'avoir en pratique des réflexes capitalistes en exploitant comme toute bonne firme transnationale la rente frontalière.

mots clés de l'article : élections présidentielles 2017, géographie électorale

signaler un abus