Stade de Cavani : premiers échanges de balles dans 2 mois

Les élus ont pu le vérifier, même par grosse chaleur, le gazon synthétique grade sa tenue ! Peu d’autres alternatives à Mayotte de toute façon où l’arrosage d’une verdure destinée à être foulée au pied aurait été déplacé en ces temps de tension sur la ressource.

Alors que la saison sèche s’installe encore un peu plus, la verdure du nouveau gazon qui s’étale désormais sur toute la longueur du terrain, est presque aveuglante. A écouter l’équipe de Green Team Sports qui a posé le gazon, ce ne fut pas une partie de plaisir, « nous n’avions pas à notre disposition le tracteur qui permet de dérouler le rouleau de gazon sur le terrain ».

C’est en plein cagnard de 14h que le président du conseil départemental a contrôlé l’avancée des travaux du stade de Cavani. Il a pris quelques retards en raison d’une zone instable décelée sur une partie du terrain, « il a fallu combler avec du remblai ce qui a occasionné des frais supplémentaires », explique Mustoihi Mari, Directeur des services techniques au conseil départemental.

Ce qui a fait grimper le budget initial de 9,4 millions d’euros à 10 millions d’euros, consacré uniquement au stade, qui devrait être terminé dans 2 mois. « Pas avant », tempère l’architecte Serge Teret, « nous devons poser la clôture, mettre en place une voierie pompier, et revoir le grand caniveau de contournement. » L’objectif est de proposer le plus rapidement possible ce stade Grand Jeux aux clubs sportifs et aux scolaires. Il est cofinancé par le conseil départemental, 5,7M, et l’Etat, 3,7M€.

La suite en 2019

Ensuite viendra la construction des tribunes de prés de 1.200 places, « début des travaux en janvier 2018 », glisse l’archi, les vestiaires, la salle de réception, les salles d’activités, le studio presse, « il faut en tout, un délai de 16 mois pour la réalisation ». Soit 2 millions d’euros pour cette partie.

Le stade, centre névralgique des entrainements des sportifs du centre administratif de l’île, avait été laissé à l’abandon par le précédent exécutif, qui n’avait pas su en gérer l’entretien. Ce qui incitait Chihabouddine Ben Youssouf, le conseiller départemental de Mamoudzou 2, présent à cette réunion de chantier, à interroger le président Soibahadine sur le contrôle une fois les installations livrées, « il faut un suivi tripartite, département-région et Etat », bipartite donc, le conseil départemental portant les deux casquettes.

A consommer avec attention

Réagissant sur ces craintes quant à l’entretien, Mustoihi Mari indique qu’une équipe est dédiée à l’entretien du gazon synthétique, en cours ou en voie de formation, semble-t-il, ainsi qu’une machine censée ramasser les déchets sur le terrain. « Il faut voir ce qui se passe à Bandraboua où le terrain est identique ».

L’ancienne piste qui entoure le stade n’a pas été budgétisée, « nous faisons actuellement des sondages pour tester la qualité du revêtement », mais en soulevant une plaque plus loin, il semble que l’équipement à vécu.

Les alentours du stade devraient aussi être entretenus, « des jeunes trainent avec des meutes de chiens. Le maitre d’œuvre a même été agressé. »

Les jeunes n’ont donc plus trop longtemps à patienter avant d’inaugurer la pelouse, mais devront être sensibilisés à prendre soin de l’équipement qui leur est proposé.

Anne Perzo-Lafond
Le Journal de Mayotte

mots clés de l'article : sport , Mayotte , société , orange , Une , Cavani , Green team sports

à voir également en vidéo