Hommage au Stade de France : « J’ai décidé de ne pas saluer le président Macron »

Publiée par Le Parisien

publié le 13 novembre 2017 - durée 1:39 - catégorie : actu

Deux jours avant la cérémonie d’hommage au Stade de France, Michael Dias, le fils de Manuel Dias, tué par les explosions survenues aux abords du Stade de France le 13 novembre 2015, hésitait encore à se déplacer. Indigné par la suppression du secrétariat d’Etat d’aide aux victimes depuis l’élection d’Emmanuel Macron, le jeune homme ne voulait pas assister à l’hommage rendu à son père pour ne pas "être en présence du président".
Indigné, dit-il par "l’inaction et la volonté de Macron à banaliser les victimes du terrorisme".
Il changera d’avis l’avant-veille, "pour soutenir", dit-il, sa famille, dans un moment qui reste et restera "toujours compliqué".
Mais pas question de saluer le président. Michael a préféré rester à l’écart. Loin derrière les premiers rangs.
"J’ai décidé de ne pas le saluer. C’est une manière pour moi de protester. On a le sentiment d’être devenus des laissés-pour-compte. On essaye de nous faire tomber dans l’oubli. Il y a aujourd’hui beaucoup de victimes qui se retrouvent seules, face à la froideur et la dureté des services de l’Etat et qui n’ont plus de référent. Même le FGTI (Fonds de Garantie des Victimes des actes de Terrorisme) ne répond plus à nos avocats", s’indigne Michael. Retrouvez l’info en temps réel avec Le Parisien : >> http://www.leparisien.fr/#xtor=AL-1481423430