Artistes et artisanes, elles font du Made in Mayotte

Les objets partiellement ou totalement recyclés ont pris une belle place au sein de la troisième exposition artisanale Made in Mayotte, qui se tient du 7 au 26 mai 2018 dans le hall du Comité du Tourisme de Mamoudzou. Les capsules de canettes, notamment, sont utilisées par les artisans pour réaliser beaucoup de produits différents.
Parmi eux, Laudoria Caze, de Lodo Factory, s’en sert depuis quelques années pour réaliser des bijoux où le métal est enchâssé dans du tissu. « J’avais commencé ma production artistique en travaillant la noix de coco un an après m’être installée sur l’île », raconte cette fonctionnaire originaire de Lyon qui vit à Mayotte depuis 2002.

Ce n’est qu’ensuite qu’elle a redécouvert les languettes de canette sous le jour de la création artistique et artisanale. « Ce sont des copains qui les mettent de côté pour moi. Je dois ensuite les trier, limer les bords coupants et les désinfecter avant de commencer le travail sur le bijou en lui-même ». La confection d’un bracelet, par exemple, lui prend toute une journée : « Je choisi et je crée la bande de tissu, sur laquelle je viens fixer les capsules », explique-t-elle. La quarantaine,

cheveux courts légèrement éclaboussés et regard espiègle, Laudoria aimerait pouvoir faire du design de bijoux une activité à plein temps et n’hésite pas à expérimenter des nouvelles techniques dans son atelier de Passamainty. Très récemment, elle a commencé à se servir des résines et du ciment. En juxtaposant des matériaux locaux avec ceux d’importation, elle crée des nouvelles formes et des compositions étonnantes.

Une peintre rejoint les artisans
Moins minérale, plutôt inspirée par la nature de Mayotte et par son lagon, Gwénaële Maandhui a rejoint l’exposition artisanale ce weekend sur invitation de sa copine Anni, de l’Atelier d’Ayam. Elle y présente des tableaux peints en acrylique sur des bâches en plastique : « C’est un matériel qui ne craint ni la pluie ni le soleil et ça se nettoie très facilement. C’est l’idéale pour une localité comme Mayotte », explique celle qui est arrivée sur l’île il y a 23 ans et qui partage sa vie avec un Mahorais.

Elle a d’ailleurs choisi de signer ses œuvres Maféda, ce qui veut dire « la mère de Féda », en hommage à la culture mahoraise. Grande et solaire, cette professeure d’art plastique a toujours aimé la peinture. Elle a même essayé de reproduire les techniques picturales ancestrales à base d’œuf : « Mais j’ai retrouvé plein de fourmis sur la toile, rigole-t-elle, j’ai dû abandonner ! Ça marche très bien ailleurs mais ici c’est impossible ». À Mayotte, elle a trouvé des couleurs vibrants, qu’elle restitue dans ses tableaux. Et des sujets dont elle essaie depuis quatre ans de rendre l’esprit primordial, sans attacher trop d’importance au réalisme de l’image. Les fleurs et les reflets de l’eau du lagon jaillissent de son pinceau pour venir s’incruster harmonieusement sur la toile.

Tous les jours, un artisan ou un artiste différent assure la permanence dans les locaux du CMDTM de Mamoudzou. Le but est de permettre au public de découvrir non seulement des produits faits à Mayotte, mais également les personnes derrières les œuvres, l’histoire derrière l’objet ou encore le projet de l’artisan ou de l’association qui l’ont réalisé.

LN

 

 

mots clés de l'article : Economie , Culture , exposition , Mayotte , orange , Une , artisans , CMDTM , lodo factory

à voir également en vidéo

horaire des barges

Petite terre (Quai Issoufali)
Chaque 1/2h: 05h30 - 20h00
Chaque heure: 20h00 - 00h00

Grande terre (Gare maritime)
Chaque 1/2h: 06h00 - 20h30
Chaque heure: 20h30 - 00h30
voir toutes les horaires de barges