Mayotte par Le Journal de Mayotte , jeudi 9 avril 2020 à 05:00

Des vêtements de sport aux masques : la reconversion d’Abdillah Sousou

image description
image description

Celui que nous avions interviewé alors qu’il lançait une nouvelle ligne de vêtements de sport ambitionnant de devenir le nouvel équipementier français, nous a contacté, « je suis désormais en mesure de fabriquer des masques chirurgicaux ou des masques barrière en tissu ». Un conversion d’à propos.

Le Conseil de Défense ayant décidé de lever la réquisition des masques et leur blocage en douanes, les entreprises sont libres de s’approvisionner pour doter leurs salariés de cet équipement. Les pouvoirs publics demandent néanmoins aux entreprises d’éviter de solliciter les quatre fournisseurs privilégiés du système de santé français, à savoir : BYD, ADEN, FOSUN et CEGETEX. En dehors de ces quatre fournisseurs, tous les autres sont autorisés, dès lors que leurs produits sont homologués, indique le site du Medef.com.

« La demande nationale est énorme, nous indique l’entrepreneur au téléphone, car le masque va finir par devenir obligatoire, au moins pendant la période de déconfinement. » Il anticipe donc sur ce besoin en proposant ses produits : masque chirurgical, masque FFP2, et masque barrière en tissu*.

AFNOR rappelle les distances de sécurité

Ces derniers sont de sa confection, « ils comprennent 3 couches : 1 couche de non-tissé polypropylène pris en sandwich entre 2 couches de tissu coton/polyester. Le tissu coton/polyester est issu de la production du tisseur ligérien TDV Industries et est certifié OEKOTEX 100, label visant à garantir les qualités sanitaires et écologiques des textiles, c’est à dire exempt de produits toxiques pour le corps et pour l’environnement ». Il dit confectionner entre 600 et 800 masques par semaine, « avec une montée en puissance la semaine prochaine ».

Il explique que ses masques sont certifiés, et que pour ceux en tissu, il a suivi les recommandations de l’AFNOR SPEC S76-001. (AFNORSpec-S76-001-MasquesBarrieres) « Nous allons cette semaine envoyer notre production à l’IFTH pour les faire valider ‘Masques à Usage Non Sanitaire Cat.1 & Cat.2’ ». Ils sont de couleur gris clair.

Un sac à linge est également livré avec, « afin de stocker les masques durant la journée, ce sac à linge est à laver en même temps que les masques souillés. »
Les commandes passées en métropole sur contact@soussou-sportswear.com, seront livrées dans les 15 jours. A Mayotte, cela peut être plus compliqué dans un contexte de suspension des lignes commerciales, « je ne maitrise pas les transports pour ici », avoue Abdillah Sousou. Espérons qu’il trouve un relais en local, car la demande est forte.

Anne Perzo-Lafond

* Les conditions de vente :
– PU HT masque chirurgical : 1,23€ / masque, boîte de 50
– PU HT masque FFP2 : 5,25€ / masque, boîte de 20
– PU HT masque barrière tissu : 5.92€ (hors frais de port, facturé au réel)

L’article Des vêtements de sport aux masques : la reconversion d’Abdillah Sousou est apparu en premier sur Le Journal De Mayotte.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser