Mayotte par Le Journal de Mayotte , lundi 13 avril 2020 à 06:25

Les oiseaux, une manière de se “reconnecter à la nature” et de “se faire du bien” pendant le confinement

image description
image description

Le JDM:
Qu’est ce que ce défi de la Ligue de protection des oiseaux ?

Emilien Dautrey, directeur de l’association Gepomay :

La LPO a une application de sciences participatives. On travaille sur cette application pour l’avoir à Mayotte d’ici 2021. L’idée c’est de voir l’effet du confinement sur les oiseaux et sensibiliser les gens à la nature. Même si on ne peut pas sortir, on peut profiter du confinement pour prendre le temps de s’intéresser à la nature qui nous entoure. Observer et remplir des bases de données depuis son jardin ou sa fenêtre, c’est ce qu’on voudrait faire ici, car on entend bien mieux les oiseaux depuis qu’il y a moins de bruits dehors. Et faire prendre conscience de la biodiversité qui nous entoure, ça peut permettre de passer le temps tout en sensibilisant.

De quels outils dispose-t-on à Mayotte, l’application est disponible ?

Emilien Dautrey s’inquiète à travers le crabier blanc de la préservation des zones humides en général

Ici on a une base de données qu’on remplit avec toutes les observations d’oiseaux. Le seul outil qu’on a c’est un fichier Excell qu’il faut compléter. On a eu une formation en mars d’une personne de la société d’études ornithologiques de la Réunion pour nous aider à former de futurs observateurs d’oiseaux. Ainsi si des gens sont intéressés dans les prochains mois à participer aux sciences participatives, ils peuvent d’ores et déjà commencer à se former en attendant que l’application soit créée.

3/ Du coup comment participer aujourd’hui au comptage des oiseaux ?

Si vous voulez participer au comptage des oiseaux, contactez nous à contact@gepomay.fr et on vous enverra une grille de comptage des oiseaux. Mais la première étape c’est d’arriver à reconnaître les oiseaux qu’on a dans son jardin. On peut commencer par essayer de déterminer les oiseaux grâce aux photos qu’on a sur notre site Internet, la plupart sont assez facilement reconnaissables. Sur notre site Internet, on a listé tous les oiseaux communs qu’on peut observer.

Même si les personnes ne se sentent pas de faire un recensement de toutes les espèces, ou de remplir les feuilles, on veut bien des données sur deux espèces rares que sont le crabier blanc et le faucon pèlerin.

Quels sont les enjeux ? Qu’est ce que ça peut aussi apporter aux personnes confinées ?

Le crabier blanc fait partie des espèces à observer en priorité (Crédit Gilles Adt, Gepomay)

Mieux connaître les oiseaux et où on les trouve permettra de mieux les protéger. Si beaucoup de gens se mettent à ce programme on aura une meilleure connaissance de leur distribution. L’intérêt principal de la LPO et pour nous aussi, c’est que ça permet de prendre le temps de changer du quotidien car le confinement n’est pas une période facile. Rien que se mettre à sa fenêtre ça permet une sorte de méditation, ça fait du bien. C’est un double avantage, ça sensibilise aussi et ça permet de prendre conscience de la nature qui nous entoure. Ça permet aussi dans le cadre de l’école à la maison d’avoir une petite activité pour voir ce qu’on peut observer et entendre comme oiseaux à Mayotte dans un temps imparti, en 10 ou 15 minutes par exemple. Grâce à ça, quand le matin vous entendrez des chants d’oiseaux, ça sera une grande satisfaction de se dire tiens, celui-là je le connais, je sais à quoi il ressemble, c’est plaisant. Ça reconnecte à la nature et ça fait du bien.

Propos recueillis par Y.D.

L’article Les oiseaux, une manière de se “reconnecter à la nature” et de “se faire du bien” pendant le confinement est apparu en premier sur Le Journal De Mayotte.

mots clés de l'article : Mayotte , environnement , sciences , orange , Une , Magazine , LPO , Crabier blanc

Ces articles pourraient aussi vous intéresser