Parcoursup : le vice-rectorat fait le point sur le bug et sur les nouvelles filières

La mise en place depuis deux ans de ce Postbac relooké qu’est Parcoursup, trouve peu à peu ses marques, mais avec encore quelques bugs. En témoigne la déception vécue par de nombreux futurs bacheliers (67.000 selon les chiffres avancés), qui ont vu leur demande d’inscription dans un établissement d’enseignement supérieur, avant de voir leur candidature rebasculer en liste d’attente. Selon la ministre de l’Enseignement supérieur Frédérique Vidal, il s’agirait d’une « erreur manuelle », « 2% des formations s’étant trompées lorsqu’elles ont saisi de façon manuelle le nombre de candidats sur la liste d’appel », indiquait-elle lors d’une question au gouvernement au Sénat ce mardi. 400 établissements auraient été touchés.

A Mayotte, 4 formations étaient concernées dans deux établissements, indique le vice-rectorat, qui en profite pour dresser un point d’étape.

Les capacités d’accueil dans l’enseignement supérieur ont été augmentées pour la prochaine rentrée : 3 nouveaux BTS ont été ouverts, plusieurs classes passerelles mises en place, et intégration au dispositif de l’Institut Régional du Travail Social (IRTS) et de l’Institut de Formation en Soins Infirmiers (IFSI).

« Pas de point de tension », selon le vice-rectorat

L’offre en BTS sera étoffée

« Les élèves ont pu disposer d’un délai supplémentaire afin d’accepter de nouvelles propositions en liaison avec les équipes éducatives chargées de les éclairer. De fait, les établissements sont informés et renseignent les futurs étudiants et les familles. Les équipes accompagnent les élèves en identifiant celles et ceux qui ont besoin d’informations spécifiques en prenant l’attache si nécessaire du service d’information et d’orientation du vice-rectorat », selon les représentants de l’Education nationale à Mayotte, qui rajoute qu’il n’y a « pas de point de tension particulier car les élèves sont pris en charge. Le processus de Parcoursup, qui est un processus évolutif en termes d’offre va suivre son cours. Le processus d’admission dans l’enseignement supérieur fonctionne en effet de manière progressive et continue. Les candidats peuvent recevoir chaque jour des réponses à leurs demandes de formation. »

N’oublions pas que la procédure repose aussi sur un principe de solidarité : ce sont les candidats qui libèrent des places au fur et à mesure qu’ils acceptent ou qu’ils refusent certaines propositions, ce qui permet de faire immédiatement de nouvelles propositions à d’autres.

Enfin, à partir du 25 juin, une phase dite complémentaire permettra également de proposer de nouvelles solutions : les places disponibles seront mises à jour tous les matins à partir du 27 juin.

Cette nouvelle phase vient compléter la phase principale de Parcoursup, un candidat peut donc participer aux deux phases à la fois.

Qui est concerné ?
Tous les candidats qui le souhaitent peuvent participer en phase complémentaire. Elle s’adresse principalement à :
– ceux qui n’ont pas encore reçu de proposition d’admission
– ceux qui n’ont pas confirmé de vœux au 31 mars
– ceux qui ne se sont jamais inscrits sur Parcoursup. Ces candidats doivent préalablement procéder à leur inscription sur Parcoursup jusqu’au 21 juillet inclus.

Les candidats qui ont déjà accepté une proposition d’admission en phase principale et qui souhaitent faire de nouveaux vœux dans des formations où des places sont disponibles, peuvent également participer à la phase complémentaire.

A.P-L.

L’article Parcoursup : le vice-rectorat fait le point sur le bug et sur les nouvelles filières est apparu en premier sur Le Journal De Mayotte.

mots clés de l'article : Education , Mayotte , société , orange , Une , Parcoursup , Frédérique Vidal