Monde par Moscou (AFP) , vendredi 4 juin 2021 à 21:38

Russie : Poutine promulgue la loi excluant des opposants des élections

image description
image description

Vladimir Poutine a promulgué vendredi la loi interdisant aux collaborateurs d’organisations "extrémistes" de participer aux élections, une mesure décriée par l’opposition qui y voit un moyen de la neutraliser avant les législatives de septembre.

La loi, adoptée par les députés en mai et mercredi par les sénateurs du Conseil de la Fédération, a été publiée sur le portail officiel des législations russes une fois signée par le président russe.

Ce texte interdit aux personnes impliquées dans une organisation "extrémiste" d'être élues.

A trois mois des législatives, la loi est largement considérée par les détracteurs du Kremlin comme visant les partisans de l'opposant Alexeï Navalny, le parquet ayant demandé à la justice de classer ses organisations comme "extrémistes", en particulier son Fonds de lutte contre la corruption (FBK) qui révélait le train de vie de l'élite russe.

L'issue de cette procédure laisse peu de doutes: le réseau de bureaux régionaux de l'opposant a déjà été classé "extrémiste" par les services de surveillance financiers et a annoncé son auto-dissolution pour se prémunir d'éventuelles poursuites judiciaires contre ses membres.

Selon l'opposition, le pouvoir cherche à faire le ménage avant les élections alors que le parti du Kremlin, Russie Unie, est impopulaire selon des sondages, dans un contexte de stagnation économique et de multiples scandales de corruption.

Plusieurs critiques du pouvoir russe ont été visés par des perquisitions ces derniers jours et l'un d'eux, Andreï Pivovarov, qui dirigeait l'organisation Open Russia liée à l'oligarque en exil Mikhaïl Khodorkovski, a été placé en détention provisoire pour deux mois.

Alexeï Navalny a été emprisonné à son retour en Russie en janvier après des mois de convalescence dus à un empoisonnement dont il accuse le Kremlin. Il a ensuite été condamné à deux ans et demi de prison dans une affaire remontant à 2014 qu'il dénonce comme politique.

Il a observé en avril une grève de la faim de 24 jours pour dénoncer ses conditions de détention dans une colonie pénitentiaire au nord-est de Moscou.

L'opposant, qui fête vendredi ses 45 ans, a dit dans un message publié sur Instagram "remercier sincèrement toutes les personnes qui m'entourent et me soutiennent", assurant garder le moral.

"J'espère pouvoir dire aujourd'hui que ma réussite de l'année, c'est que je me tiens éloigné de l'état d'esprit d'une bête en cage", a-t-il ajouté en évoquant sa détention et "les nombreuses choses étranges qui me sont arrivées dans l'année".

Un proche allié d'Alexeï Navalny résidant en Lituanie, Leonid Volkov, a lui estimé que Vladimir Poutine avait intentionnellement signé la loi le jour de l'anniversaire de l'opposant.

"Si vous pensez que Poutine a signé par hasard la loi contre le FBK aujourd'hui, alors vous ne comprenez rien à Poutine", a-t-il indiqué sur le réseau social Telegram, appelant le président un "démon mesquin et perfide".

Ces articles pourraient aussi vous intéresser