Monde par Tunis (AFP) , mardi 4 janvier 2022 à 00:08

Tunisie : des "soupçons de terrorisme" à l’origine de l’arrestation de M. Bhiri

image description
image description

Le ministre tunisien de l’Intérieur a justifié lundi l’arrestation de l’homme fort du parti d’inspiration islamiste Ennahdha, Noureddine Bhiri, par "des soupçons de terrorisme dans le dossier", assurant que ce dernier, hospitalisé parce qu’il refuse toute alimentation et médicaments, est "bien traité".

"Il y avait des craintes d'acte terroriste (...) touchant à la sécurité du pays, il fallait réagir", a expliqué devant la presse Taoufik Charfeddine, précisant avoir transmis des "procès verbaux" au ministère de la Justice et au parquet qui "ont tardé" à prendre des mesures.

Le ministre a dit avoir alors décidé d'"appliquer rapidement" la "mise sous contrôle judiciaire" de M. Bhiri, un ancien ministre de la Justice de 63 ans, assurant avoir respecté la législation tunisienne.

M. Bhiri avait été arrêté vendredi matin par des agents en civil devant son domicile, et conduit dans un lieu inconnu, selon des membres d'Ennahdha qui avaient dénoncé un "enlèvement".

Ennahdha est au coeur d'un bras de fer avec le président Kais Saied depuis son coup de force du 25 juillet et sa décision de suspendre le Parlement que ce parti contrôlait depuis une dizaine d'années.

Les décisions de M. Saied ont été qualifiées de "coup d'Etat" par Ennahdha et plusieurs opposants, tandis que des ONG nationales et internationales ont dit redouter une dérive autoritaire.

Le dossier est caractérisé par des "soupçons graves", selon M. Charfeddine, et porte notamment sur "la fabrication et remise" de faux papiers d'identité et certificats de nationalité, au profit entre autres d'une Syrienne.

Le ministre a dit avoir "veillé personnellement à ce que (M. Bhiri) soit bien traité". "Nous avons fait notre devoir sécuritaire, légal et humain", a-t-il dit.

Selon une délégation de l'Instance de prévention de la torture (INPT, autorité indépendante) et du Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'Homme qui lui a rendu visite, M. Bhiri est hospitalisé depuis dimanche "sous surveillance rapprochée en cardiologie" à Bizerte (nord), car il est atteint de plusieurs maladies chroniques (diabète, hypertension, notamment).

Il a "refusé d'être transféré à l'hôpital militaire" où il aurait pu être mieux pris en charge, a indiqué le ministre, ajoutant aussi avoir proposé à l'épouse de M. Bhiri de lui rendre visite, accompagnée de son médecin traitant, ce que celle-ci a refusé, selon lui.

Le parti Ennahdha a annoncé lundi que M. Bhiri était en grève de la faim.

- "Pas en état critique" -

M. Bhiri refuse "toute alimentation et ses médicaments" depuis vendredi, et les médecins craignent une détérioration de sa santé, avait indiqué lundi matin à l'AFP un membre de la délégation qui l'a visité dimanche.

Cette source avait assuré que l'ex-ministre était "lucide et "pas en état critique".

Des militants et députés du parti Ennahdha et son épouse avaient affirmé dimanche soir que M. Bhiri était en "état critique", en "réanimation" et qu'il y avait "des menaces pour sa vie".

Samir Dilou, avocat et député d'Ennahdha, a affirmé devant la presse lundi que l'arrestation de M. Bhiri était "une affaire politique et une instrumentalisation de la justice", annonçant une plainte pour "kidnapping" contre le président Saied et le ministre Charfeddine.

Dès samedi, l'INPT et le comité de défense de M. Bhiri avaient dénoncé son placement en détention dans un lieu secret et l'absence de motivations claires à son arrestation et un "silence complet" du ministère de l'Intérieur sur le dossier.

Le ministère avait uniquement annoncé deux assignations à résidence, sans donner de noms, vendredi soir, faisant état d'une "mesure préventive dictée par la nécessité de préserver la sûreté nationale".

Une source informée de l'INPT a indiqué lundi à l'AFP n'avoir "aucune nouvelle" de l'autre interpellé, Fethi Baldi, membre aussi d'Ennahdha.

Le ministre Charfeddine a assuré avoir donné les autorisations nécessaires à l'INPT pour intervenir dans le cadre de son mandat qui consiste à vérifier la santé et les conditions de détention de personnes privées de liberté.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser