Océan Indien par Imaz Press, lundi 25 mars 2024 à 08:38

500 interventions réalisées : Saint-Paul : malgré leur interdiction, les camping-cars et les vans toujours présents près des plages

image description
image description

Depuis quelques années, les camping-cars et les vans aménagés se multiplient dans l’île. Utilisés comme moyen de découvrir l’île ou tout simplement comme logement, leur présence se fait de plus en plus remarquée aux abords des plages. Au point que la mairie de Saint-Paul a décidé d’interdire leur stationnement. Une décision qui a provoqué la colère des habitués des camping-cars, et qui est sans grande efficacité pour l’heure (Photo www.imazpress.com)

Le stationnement des camping-cars était déjà interdit depuis la publication d'un arrêté municipal le 27 décembre 2022. Le 4 janvier 2024, la ville de Saint-Paul a pris un nouvel arrêté afin d'étendre cette interdiction, jusqu’à nouvel ordre, aux caravanes, véhicules, fourgons, vans aménagés façon camping-car.

Cette interdiction concerne la rue du Boucan Canot, sur la route des sables à l’Hermitage-les-Bains (portion comprise entre la Passe de l’Hermitage et le giratoire de l’allée des Îles Éparses), la rue du Lagon, et le parking d’accès à la plage de Trou d’eau.

"Cet arrêté n'est pas totalement en conformité avec la réglementation" affirme cependant un usager de van aménagé. "A partir du moyen où vous interdisez un véhicule à un endroit, la commune est dans l'obligation de mettre un endroit à disposition pour stationner ces véhicules. C'est discriminatoire" assure-t-il.

Il affirme par ailleurs que "s'il n'y a pas de matériel de camping sorti du véhicule, l'amende peut être contestée".

Pour la mairie cependant, elle n'a aucune obligation de mettre en place un lieu dédié. "On ne peut effectivement pas interdire le stationnement sur toute la commune s'il n'y a pas de lieu dédié. Cependant, notre interdiction se cantonne à la plage, et notamment la route des sables. C'est une infime portion de notre voirie communale" explique Sébastien Guyon, deuxième adjoint à la Police municipale et à la sécurité. Le seul stationnement du véhicule peut par ailleurs entraîner une contravention.

"Je rappelle par ailleurs qu'un camping est présent à l'Ermitage, au bord de la plage, il est possible d'y camper. Ces véhicules peuvent aussi y stationner" souligne-t-il.

- Incivilités et pollution -

Cet arrêté a été principalement motivé par une volonté de protéger l'environnement, alors que des pollutions et des évacuations d'eaux usées ont été, à plusieurs reprises, relevées. Ces stationnements créent aussi d'énormes difficultés de circulation dans cette commune de l'ouest, notamment les week-ends.

"La ville a décidé de réglementer le stationnement sur la zone balnéaire pour plusieurs raisons : le code de l’environnement et le code de l’urbanisme permettent de réglementer le caravanage et le camping dans l’intérêt de la protection de la nature" détaille Sébastien Guyon.

"Par conséquent, le camping et le stationnement des caravanes pratiqués isolément sont interdits dans les conditions fixées par le code de l’urbanisme et le camping et le stationnement des caravanes peuvent être réglementés dans l’intérêt de la protection des espaces remarquables, du paysage, de la faune et de la flore dans les conditions fixées par le code de l’urbanisme" ajoute-t-il.

"L’augmentation régulière des camping-cars stationnés sur la route des sables à l’Hermitage-les-Bains ainsi que sur le parking de la plage de Trou d’eau a entraîné des difficultés de circulation et de stationnement sur une voie littorale étroite hautement fréquentée, notamment par les usagers des plages" détaille la commune.

"Le stationnement abusif de plusieurs camping-cars sur cette portion littorale ainsi que des atteintes régulières à la salubrité de ce site naturel sensible (en raison notamment de l’évacuation des eaux usées et la présence des déchets à proximité de ces véhicules) ont été constatées à plusieurs reprises par les forces de Police municipale et de Gendarmerie" ajoute-t-elle.

"Il est vrai que certains comportements ne sont pas justifiables, notamment les gens restent toute l'année. Ce n'est pas le principe premier, on est censé rester quelques jours. Mais c'est injuste de pénaliser tout le monde pour le comportement de certains" estime un usager.

"Par ailleurs, je pense qu'on ne réfléchit pas assez à pourquoi ce mode de logement se multiplie : la personne peut être dans un enfermement social, en détresse financière…Il faudrait peut-être proposer des solutions et s'intéresser aux habitants au lieu de les écarter" dit-il.

"C'est dommage d'en arriver là, le mouvement de "van life" a émergé depuis le Covid-19, mais rien n'est mis en place dans l'île pour ces gens-là. Il faut aussi réaliser que beaucoup ont décidé de prendre ce chemin par nécessité, on a une forme de pauvreté et de précarité qui s'installent de plus en plus. C'est souvent un choix imposé."

Mais pour la maire, il est "indispensable pour des raisons de sécurité, de tranquillité, de salubrité publique, de protection de l’environnement et des paysages, d’interdire le stationnement de ces véhicules dans les zones indiquées plus haut".

En effet, "à défaut d’une réglementation adaptée", cette situation pourrait "s’aggraver au détriment des autres usagers et riverains, et serait contraire au bon ordre public".

- 500 interventions -

Les forces de police municipale et de gendarmerie sont chargées de l’exécution de cet arrêté. Depuis sa mise en place, environ 500 interventions ont eu lieu, principalement "pour échanger et faire de la pédagogie". "Dans certains cas, nous avons eu des verbalisations" précise Sébastien Guyon.

La verbalisation n'est par ailleurs pas automatique. "On travaille au cas par cas, il n'y a pas de vérité absolue.

Cependant, les effets de cet arrêté sont pour l'heure très limités. Les camping-cars et autres vans aménagés sont toujours aussi présents aux abords des plages saint-pauloises.

"C'est un ressenti, mais effectivement aujourd'hui, l'effet n'est pas suffisant aux yeux de la mairie" admet l'adjoint.

Pour essayer d'améliorer la situation, des actions de sensibilisation vont être menées.

"Comme pour toute interdiction, on fait un travail de prévention. On va faire des actions de sensibilisation auprès des loueurs par exemple, qui se sont multipliés ces dernières années. Nous allons aussi développer les informations sur place pour que les usagers aient connaissance de la réglementation directement sur place" détaille Sébastien Guyon.

L'absence de lieu dédié pose cependant problème aux usagers, qui recherchent un lieu où des points d'eau sont disponibles, comme près des plages. "C'est une contrainte, nous avons besoin d'un point d'eau donc nous nous installons dans des lieux où des douches et sanitaires sont disponibles" explique l'usager.

Il souligne par ailleurs que certains lieux touristiques se sont adaptés. "A Grande Anse, les bus interdits en bas, mais il y a un parking réservé plus haut."

Cette problématique du point d'eau n'est pour l'heure pas à l'ordre du jour pour la commune. "Il n'y a effectivement pas de travaux prévus dans ce sens pour l'heure. Cependant, nous allons bientôt commencer à réfléchir aux prochains travaux de voirie et d'aménagement à effectuer, cela peut être une piste de discussion" conclut Sébastien Guyon.

En attendant, l'interdiction restera bien en place. Sans que cela n'arrête certains.

as/www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : environnement , Actus réunion

Ces articles pourraient aussi vous intéresser