Océan Indien par Imaz Press, mercredi 11 octobre 2023 à 11:26

66% aimeraient moins l’utiliser : Mobilité : le "tout-voiture", un modèle dominant que les Réunionnais veulent voir disparaître

image description
image description

Depuis le 9 mai 2023, la Région Réunion ainsi que ses partenaires ont lancé les États généraux des mobilités. Une vaste consultation citoyenne où les Réunionnais ont pu faire part de leur ressenti. Ce mercredi 11 octobre – à quelques jours du lancement de l’Assemblée citoyenne des mobilités dont le lancement est prévu ce samedi – la Région a tenu à revenir sur ce bilan dont les retours ne sont pas forcément bons. En effet, les Réunionnais aimeraient, à grande majorité, réduire la place de la voiture à La Réunion (Photo : sly/www.imazpres.com)

Organisée du 9 mai au 23 juillet 2023 par la Région Réunion et ses partenaires, cette vaste consultation citoyenne a généré près de 11.000 contributions partout dans l’île.

Sont présents pour évoquer le bilan de cette consultation, l'ensemble des acteurs de la mobilité à La Réunion (la Région, les autorités organisatrices de transport (AOT, EPCI), Casud, Cinor, Cirest, Civis et TCO, le Syndicat mixte de transports de La Réunion (SMTR) et le collège des garants de la Commission nationale du débat public (CNDP).

"Nous sommes réunis pour marquer une étape importante dans la conduite des États généraux de la mobilité", déclare Huguette Bello, présidente de Région Réunion.

La présidente qui "tient à souligner la forte mobilisation des Réunionnais tout au long de cette consultation, près de 11.000 contributions ont été recueillies dans les quatre coins de l'île. Ce qui nous permet de disposer d'une analyse fine et exhaustive des citoyens en matière de mobilité."

"J'en retiens une volonté forte de changer de modèle" souligne-t-elle. "Ces enseignements vont désormais être mis aux mains de l'Assemblée citoyenne – instance inédite – qui vise à créer un espace de co-construction".

"Nous allons faire entrer La Réunion dans une nouvelle ère de la mobilité. Les conclusions des travaux auront du sens", assure Huguette Bello.

- Le tout-voiture, un modèle dominant -

À La Réunion, 59% des habitants roulent en voiture, camionnette ou camion. Seuls 20% se déplacent en transports en commun.

Pour 62% de ces Réunionnais, prendre la voiture est une obligation, mais à l'avenir, 66% d'entre eux aimeraient moins l'utiliser.

Arrivant en second dans les moyens de transports les plus utilisés à La Réunion, les transports en commun attirent faiblement les usagers. 52% des Réunionnais déclarent ne jamais utiliser les transports en commun, 25% rarement et seuls 10% les utilisent tous les jours.

Pourtant, les Réunionnais ne sont pas contre l'utilisation des transports en commun. Pour 67% des personnes interrogées, une fréquence renforcée de passage des bus et des horaires plus larges les inciteraient à utiliser davantage les bus. Pour 51% d'entre eux, il faut mieux coordonner les horaires des différents réseaux.

Outre les bus, à l'avenir, les répondants expriment leur vision des priorités, à savoir, l'instauration d'un service ferroviaire pour 77%, le renforcement des réseaux de transports en commun existants pour 62%, ainsi qu'un développement des aménagements dédiés au vélo pour 41%.

Des investissements qui doivent permettre de réduire volontairement la place sur la voiture sur l'île pour 53%.

Lire aussi - A Savanna (comme ailleurs) les embouteillages n'en finissent plus

- De vastes chantiers pour mettre fin au "tout voiture" -

Le vendredi 22 septembre 2023, les garants de la Commission Nationale du Débat Public (CNDP) ont rendu public leur rapport de la consultation citoyenne des États Généraux des Mobilités.

Parmi les points à améliorer, plusieurs reviennent. Un réseau saturé, trop de voitures, pas assez de transports en commun...

Un réseau saturé qui "empoisonne" le quotidien. Le constat largement partagé, qui transpire de façon transversale sur l’ensemble de la consultation, est que La Réunion étouffe sous les bouchons.

Ce constat est particulièrement valable aux heures de pointe, pendant les "migrations journalières" liées aux activités professionnelles et scolaires. Néanmoins, le public constate que les plages de saturation du trafic ont tendance à s’étendre tout au long de la journée au point que certains estiment qu’il n’y a presque plus "de fenêtres" pour circuler facilement.

Autre constat apporté par les Réunionnais, c'est qu'à La Réunion, il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup trop de voitures. Les difficultés de circulation sont imputées au réseau routier insuffisant mais aussi aux très nombreux véhicules individuels sur les routes, surtout quand on retrouve trop souvent "une personne par voiture". "Le tout voiture n’est plus tenable" d’autant que les citoyens jugent la voiture comme un moyen de transport de plus en plus coûteux : "le prix des voitures neuves explose", "le prix de l’essence est trop cher", peut-on lire dans le rapport de la CNDP.

Toutefois, s'il y a trop de véhicules, ces voitures sont jugées indispensables.

Si nombre de citoyens déclarent être prêts à abandonner la voiture, si non pour leurs loisirs, du moins pour leurs déplacements professionnels, elle reste souvent la seule solution faute "d’alternative fiable", notamment lorsque l’on habite dans les Hauts ou que l’on a des horaires décalés.

La possibilité pour les usagers de passer d’un mode de transport à un autre au cours d’un même déplacement semble difficile à La Réunion, alors même que cette demande est forte.

Ce rapport identifie également cinq enjeux et défis pour la mobilité de demain. L'enjeu territorial pour mettre en cohérence l'aménagement des territoires avec les déplacements, l'enjeu économique pour réduire l'impact économique des déplacements sur les ménages, l'enjeu social pour valoriser des transports accessibles à tous, l'enjeu environnemental pour réduire l'impact sur la santé et le climat, ainsi que l'enjeu sociétal pour accompagner le changement.

Le rapport complet des garants est disponible ici.

Lire aussi - Transports : les citoyens consultés dressent un tableau assez sombre des mobilités sur l’île

- La phase 2 des États Généraux des Mobilités prochainement lancée -

Ce rapport intermédiaire alimentera les travaux de l’Assemblée Citoyenne des Mobilités qui se tiendra à partir du mois d’octobre.

Une Assemblée composée d'une centaine de personnes, des élus, des représentants des collectivités, des citoyens volontaires tirés au sort.

L’Assemblée Citoyenne des Mobilités se réunira dès le mois d’octobre, avec l’objectif d’une remise des propositions à la fin de l’année à la Région et ses partenaires. Début 2024, la Région et ses partenaires rendront leurs avis et décisions.

Lire aussi - États généraux des mobilités : la Région lance une consultation citoyenne pour lutter contre le "coma circulatoire"

www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

Ces articles pourraient aussi vous intéresser