A Madagascar, l’homélie du pape François dénonce une corruption génératrice de pauvreté

En terme de rassemblement, c’était le point fort de la visite du pape François dans l’océan Indien : entre 800.000 et un million de personnes ont convergé vers le Coliseum de Soamandrakizay, à Tananarive. Pour comprendre la portée du discours engagé que le Saint-Père tiendra à travers son homélie quelques heures plus tard, il faut avoir vu ces centaines de milliers de malgaches, au milieu de la nuit, certains vers 2 heures de matin, se dirigeant à pied et même pieds nus, vers le lieu de la célébration. Enfants qu’on a réveillés au milieu de la nuit, et qui la finissent sur l’épaule de leur papa, personnes âgées qui avec des béquilles, entamaient des heures de marche, handicapés… le vent glacial ne les a pas arrêté. Une véritable marée humaine dans la nuit.

Réveillée vers 3 heures du matin, c’est en taxi que la petite délégation de Mayotte, une vingtaine de fidèles, se rendait à ce rendez-vous unique. Sur place, après une marche d’une heure au milieu d’une foule dense, c’est la désorganisation qui règne, avec une visibilité qui décroit à mesure que le vent forcissant soulève la poussière. Finalement, des places de choix allouées par l’épiscopat au père Bienvenu pour le groupe, leur sont désignées, quasiment devant l’esplanade où le pape prononcera son homélie. Les personnalités, dont le président Andry Rajoelina et sa femme sont au premier rang. Loin derrière, sur des espaces entiers, des nattes ont été déroulées au sol par des malgaches ont passé la nuit là, dans le froid. De grands écrans retracent la cérémonie.

Une messe malgache, mais avec des lectures en français et une homélie en italien, langue que maitrise mieux l’argentin pape François. Sans surprise, celui que l’on surnomme le pape des pauvres, s’attaque à ce sujet et à ses causes dans ce 5ème pays le plus pauvre du monde, notamment la corruption.

Une absence de partage de richesse « scandaloso ! »

Lors de son homélie, le pape François a critiqué la “culture du privilège” entretenue par les dirigeants (Photo Anne Perzo-Lafond)

L’individualisme qui incite à ne percevoir que son intérêt personnel, et à écarter les autres, que l’on exclut de notre cercle familial proche, est vu surtout comme un mode de vie des dirigeants, qui « entretiennent la culture du privilège », dans leur monde, n’écoutent plus Dieu, « de qui ils ont reçu des dons », et excluent les pauvres qui n’ont pas droit à la parole, fustigeait le Saint Père. Il a même prononcé le mot « scandaloso », pour qualifier cette absence de partage des richesses, d’un pays qui en contient beaucoup. Un discours qu’on sait destiné notamment au président malgache, eu égard à l’extrême pauvreté du pays, 9 malgaches sur 10 vivent avec moins d’un dollar par jour. Mais qui se décline à une longue liste de dirigeants et d’élus, qui détournent des finances au détriment de ceux qui sont en attente. La corruption, un thème qui se décline à beaucoup de territoire, en particulier dans l’océan Indien…

Le pape a également mis en garde contre ceux qui « détournaient l’Evangile », et appelait à ne pas « instrumentaliser les idéologies ». La « Grande Ile », est à majorité chrétienne, on y compte un tiers de catholiques.

Une homélie prononcée en italien, que nous a traduite le polyglotte père Bienvenu Kasongo, prêtre de la paroisse Notre Dame de Fatima, à Mayotte. Il est encore sous le coup d’une émotion dense de cette messe où la ferveur de recevoir le pape la mêlait à celle des chants malgaches. « C’est une véritable grâce que nous avons vécue, avec tous ces gens qui venaient de loin et à pied, et qui malgré leur très grande pauvreté, leur situation désespérante, viennent chercher l’espérance. »

« Faire tâche d’huile pour Madagascar »

Des prêtres venus nombreux pour concélébrer la messe, dont le père Bienvenu Kasongo

Une « homélie sociale », dont il attend beaucoup par la suite, « on ne peut pas en rester là, nous avons tous reçu quelque chose à transformer. Les acteurs doivent s’impliquer maintenant. Le président malgache bien sûr, mais aussi les paroisses qui doivent soutenir ceux qui sont dans de telles difficultés de subsistance. Je ne parle pas de miracle, mais d’une somme de petites choses. »

Comme en écho à ses paroles, Jos’Aubine, une sœur de la Congrégation de Saint Augustin à Madagascar, nous livre son ressenti : « Entendre le pape prononcer de telles paroles, c’est une incitation à changer ma vie personnelle, et si chacun fait ça, ça va faire tâche d’huile pour Madagascar. Il a un message d’espérance, ça nous fait vivre. »

La veille, le pape avait prononcé un discours ferme devant les autorités du pays, invitant à « lutter contre la corruption et la spéculation ». Le président Rajoelina s’était engagé devant le Saint-Père à veiller sur son peuple et à l’accompagner vers le développement, « leurs cris de détresse m’ont brisé le cœur ! », avait-il rajouté.

Heureux d’avoir participé à la veillée samedi soir avec le pape François

Pour le père Bienvenu, le pape vient de s’adresser à ses enfants, « il les encourage, leur montre le chemin à prendre. »

Beaucoup de jeunes parmi la foule, un groupe de malgaches chante à tue-tête, Ornella nous explique : « Hier, nous avons participé à une veillée avec le pape. Il a pris notre main, à chacun d’entre nous, je me suis sentie bénie, c’est une bénédiction pour nous tous, un geste d’amour ». Le pape avait annoncé être venu en « semeur de paix et d’espérance ».

En repartant, le pape François n’a pu s’empêcher de descendre de sa papamobile pour prendre un bain de foule qui n’en demandait pas moins.

Le pape descend de sa papamobile pour un bain de foule (Photo Anne Perzo-Lafond)

Anne Perzo-Lafond, depuis Tananarive

Support Board Chat Envoyer

L’article A Madagascar, l’homélie du pape François dénonce une corruption génératrice de pauvreté est apparu en premier sur Le Journal De Mayotte.

mots clés de l'article : Mayotte , société , Madagascar , orange , Océan Indien , Une , Tananarive , Pape François