Océan Indien par Imaz Press, jeudi 15 février 2024 à 14:52

Automobilistes, attendez 2025... : Panne sèche : les Outre-mer ignorés dans la mise en place du leasing social

image description
image description

C’était l’annonce du gouvernement de ce début d’année. Et pourtant à La Réunion, personne ne pourra en bénéficier. Il s’agit du leasing social ou la possibilité d’acquérir un véhicule électrique à moindres frais pour les ménages les plus précaires. La raison, non pas un retard dans l’île - puisque les concessionnaires automobiles ont eu l’information en même temps que dans l’Hexagone, mais des difficultés dans la mise en place. Une édition 2024 qui n’aura donc durée que… six semaines et qui fait chou blanc dans le département (Photo : rb/www.imazpress.com)

"Aucun Réunionnais – à ma connaissance – ne bénéficiera pour 2024 de ce dispositif", lance Marc-Antoine Bru, président de Électro'Ker – association qui promeut l'électromobilité sur l'île.

Zéro… c'est d'ailleurs le chiffre que confirme Philippe-Alexandre Rebboah, directeur de Leal Réunion. Interrogé par Imaz Press le mercredi 14 février, le concessionnaire, abasourdi par la situation, souligne : "le temps de mettre en place les différents agréments, de voir les organismes de financement, on était prêt en fin de semaine dernière et là on apprend que finalement c'est terminé".

Chez le groupe Caillé, "les voitures éligibles au leasing ne seraient pas arrivées en temps et en heure et les services de l'ASP (Agence de services et de paiements) ont répondu beaucoup trop tard pour notre agrément", notre Vincent Hoarau, commercial du groupe.

Et pourtant, "on estimait qu'environ 15 à 20% de nos clients voitures électriques (15% du marché total environ) auraient été éligibles", ajoute Vincent Hoarau.

De plus "les revendeurs locaux, du moins, deux d'entre eux, avaient réussi l'exploit de pouvoir proposer deux voitures électriques à 100 euros par mois et ces véhicules auraient été disponibles, soit immédiatement, soit avec un délai de trois à quatre mois", souligne Marc-Antoine Bru.

- Les Outre-mer au second plan -

Lorsqu'on lui demande si gouvernement n'a pas suffisamment anticipé la réussite de ce dispositif ?, le président de l'association répond : "clairement oui".

"Mais ce qui me semble plus grave, c'est que les Outre-mer ont été ignorés de ce dispositif", peste-t-il. "Aucune possibilité d'anticipation, procédures administratives non disponibles dans les délais (contrairement à l'Hexagone), aide financière incohérente par rapport aux dispositifs existants…", liste-t-il pour exprimer son mécontentement.

"Il faut vraiment sensibiliser le gouvernement sur le fait que les Outre-mer ne doivent pas être à chaque fois le parent pauvre des mesures", lance le directeur de Leal Réunion. "C'est navrant de voir que La Réunion n'a pas été intégrée dans ce procédé et d'avoir un volume de dossier spécifique."

"Nous avons l'impression, une fois de plus, d'avoir été ignorés par le pouvoir central. Et que dire du silence assourdissant des élus locaux", s'indigne Marc-Antoine Bru. "Ignorance, incompétence ou tout simplement "'je m'en foutisme" fustige le président d'association.

Pour Philippe-Alexandre Rebboah, "c'est vraiment une mauvaise blague". "C'est très frustrant pour le consommateur réunionnais qui a des moyens restreints, surtout quand on voit qu'en France hexagonale il y a des aides que les territoires ultramarins ne peuvent pas avoir", s'indigne-t-il.

"C'est regrettable qu'il n'y ait pas eu de volume de véhicules pour les Outre-mer. Surtout "on le sait, beaucoup de ménages à La Réunion ne sont pas forcément aisés".

Questionnée, la préfecture de La Réunion indique : "les concessionnaires automobiles, de l'Hexagone ou des territoires ultra-marins, ont été informés au même moment de la mise en œuvre de ce programme de leasing social".

Les services préfectoraux reconnaissent toutefois, "en effet, dans l'ensemble des territoires d'Outre-mer des difficultés de mises en place apparaissent. Ces difficultés sont remontées au niveau central",

Sollicitée par Imaz Press, l'Agence de services et de paiements - organisme qui aurait répondu tardivement aux concessionnaires -, n'a pas donné suite à ce stade.

- Une annonce pourtant prometteuse –

Le "leasing social", lancé en décembre 2023 par le président Emmanuel Macron, proposait une location avec option d'achat (LOA) à moins de 100 euros par mois pour les citadines électriques, et 150 euros pour les familiales (hors assurance et entretien), sans apport initial, et pour trois ans renouvelables une fois.

Les bénéficiaires étaient les actifs résidant à au moins 15 kilomètres de leur lieu de travail ou contraints de parcourir plus de 8.000 kilomètres par an pour des motifs professionnels. Grâce au versement par l’Etat d’un superbonus de 13.000 euros, il aurait été possible de rouler pendant trois ans.

Un sérieux coup de pouce pour La Réunion, où "le taux de précarité économique est plus élevé que dans l'Hexagone. Ce leasing social était vraiment adapté", note le président d'Électro'Ker.

"Outre la partie écologique de la voiture électrique, c'est surtout l'intérêt économique, en termes de gain de pouvoir d'achat pour les Réunionnais, qui aurait été le gain le plus important", ajoute-t-il.

"Soyons précis : 1.000 km par mois, représentent un coût de 137 euros en essence, 67 euros en diesel et .... 33 euros en électrique. Si on rajoute aussi l'entretien du véhicule nettement moins couteux, c'est autant de pouvoir d'achat gagné par ceux qui en ont le plus besoin", poursuit MarcAntoine Bru.

Donc pas de leasing social pour La Réunion en 2024.

Il faudra attendre l'édition 2025 de l'opération, et espérer que cette fois les usagers de l'île soient pris en compte.

ma.m/www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : transports , Actus réunion

Ces articles pourraient aussi vous intéresser