Océan Indien par Imaz Press, mardi 20 février 2024 à 15:15

Certains produits se font rares : Grande distribution : quand les rayons des supermarchés de La Réunion se vident

image description
image description

Il y a quelques jours de cela, on se demandait où étaient passées les bouteilles d’eau à La Réunion. Mais désormais, ce sont aussi les produits frais et quelques conserves qui ont disparu des rayons. Pourquoi ? Les Réunionnais auraient-ils déjà dévalisé les rayons en prévision de l’arrivée d’Eleanor ? Si cela peut-être une des raisons, c’est surtout les pannes dans les usines de l’île et le conflit en mer rouge qui désorganisent l’acheminement des produits (Photo : sly/www.imazpress.com)

Fromage, charcuterie, yaourt, crème… et encore eau. Voyez un peu ces rayons vides dans un supermarché du nord de l'île.

Dans un supermarché du nord de l'île, "c'est surtout les produits frais pour lesquels nous sommes en rupture", explique Rénaldo Saint-Sauveur, responsable de magasin à Sainte-Marie.

Il l'explique par le fait "qu'à La Réunion nous n'avons pas suffisamment de lait et le lait en poudre qui arrive par bateau avec le canal de Suez fermé, prend beaucoup plus de temps à arriver".

Pour les autres produits frais, "le fait que le canal soit fermé allonge les délais par rapport aux livraisons et quand les produits arrivent la date est déjà dépassée et nous sommes obligés de tout jeter".

Si Rénaldo Saint-Sauveur ne peut rien faire à part voir avec les armateurs, il le dit, "dans le pire des cas il faudra passer par avion et avec le coût du fret on double le tarif". Une décision qui, si elle était prise, impacterait forcément le prix du produit en magasin. "Mais on préfère attendre de voir si ça se débloque", ajoute le responsable de magasin.

Chips, conserves… si ces produits ont manqué à l'appel, "ça commence à se débloquer depuis le début de la semaine".

Pour l'eau malheureusement, la situation ne s'est pas débloquée. Les rayons sont toujours vides.

Dans un supermarché du sud de l'île, même constat, "les produits frais, yaourt et crème sont absents de nos rayons", explique à Imaz Press le responsable qui n'a pas souhaité que son nom apparaisse.

"La difficulté c'est ce conflit en mer Rouge qui allonge les délais. Les navires mettent des semaines à arriver et forcément quand les produits arrivent ils ne sont plus bons."

- Attaques en mer rouge et délais d'approvisionnement rallongés -

Certains produits de références manquent dans les supermarchés. Si ce ne sont pas des pénuries à proprement parler, on peut parler plutôt de rupture de stock.

"On est en train de faire face sur le territoire à une situation de malchance qui vient s'accumuler", lance Philippe-Alexandre Rebboah, président du Syndicat du commerce Réunion (SICR).

Concernant les laitages, yaourt, "les usines connaissent des problèmes de transbordement lié au problème de la mer Rouge", explique-t-il. "Comme il faut importer la poudre qui sert à faire les yaourts, les retards à l'arrivée créent des tensions sur la chaine de production".

Les attaques des Houtis sur les bateaux de l'Occident en représailles contre les bombardements d'Israël sur Gaza et la riposte de la Marine américaine, ont contraint les navires marchands à éviter le canal de Suez. Les cargos passent par le Cap de Bonne Esprérance ce qui rallonge considérablement le voyage et donc les délais de livraison.

Pour arriver à La Réunion, en raison du conflit en mer Rouge, "nous avons un allongement du transit time par rapport au délai normal qui s'ajoute aux embouteillages dans les ports".

Une situation qui oblige les distributeurs à "prendre en compte ce délai qui peut passer de trois semaines à un mois et donc à augmenter les commandes pour prendre en considération le conflit en mer Rouge".

"Rien de grave, il n'y a pas de pénuries majeures mais les premiers effets du conflit dans le canal de Suez se font sentir", ajoute Philippe-Alexandre Rebboah.

Lire aussi - Nouvelles attaques en mer Rouge, l'UE annonce sa mission de protection du trafic maritime

- Des bouteilles d'eau toujours absentes -

À cela s'ajoutent des pannes au sein des usines locales. "L'usine qui crée des yaourts a connu un souci de production suite à une panne technique", souligne Philippe-Alexandre Rebboah.

Une panne qui retarde la production de produits laitiers mais également la production d'eau plate en bouteille, comme Imaz Press vous en parlait lors d'un précédent article.

Dans l'entreprise Edena, le retour à la normale est en cours. "Les équipes et l'usine tournent à plein régime pour éviter les ruptures", explique l'entreprise située à La Possession.

La surconsommation des Réunionnais peut également expliquer ces ruptures. "Avec le passage de Belal, les rayons se sont vidés plus vite que prévu. Ce qui provoque un double effet comme le fait de ne pas pouvoir faire de réassort de suite", indique le président de la SICR.

Pour les boîtes de conserve, "la population a fait des réserves par rapport aux risques de coupures de courant".

"Ce qui vient perturber la donne et générer la situation que nous connaissons actuellement."

Une situation qui "devrait revenir à la normale très prochainement". "Les compagnies maritimes ont rajouté des navires sur la destination pour que derrière on puisse faire tourner nos stocks en ayant des délais d'approvisionnement raccourcis", indique le Syndicat du commerce Réunion.

Lire aussi - Vous recherchez désespérément des bouteilles d'eau et du riz... ils reviennent la semaine prochaine

ma.m/www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

Ces articles pourraient aussi vous intéresser