Océan Indien par Imaz Press, mercredi 22 novembre 2023 à 10:53

[PHOTOS/VIDÉOS] Saint-Gilles : Saison estivale en mer : des contrôles pour la sécurité des passagers et des marins

image description
image description

Jet-ski, navires à vocation touristique, bateaux de location, de pêche, kayak… tous sont passés au crible ce mercredi 22 novembre 2023 au port de Saint-Gilles. S’ils sont contrôlés ce n’est pas pour rien. À l’approche de la saison estivale maritime, tous vont se croiser en mer… certains allant parfois plus vite que d’autres, d’autres respectant les règles, alors que d’autres navires s’en affranchissent un peu. C’est pour cela qu’avant que le chassé-croisé ne démarre, il est primordial de rappeler aux entreprises les bonnes pratiques pour assurer la sécurité des passagers, des marins… mais aussi des animaux (Photos : rb/www.imazpress.com)

Navires professionnels soumis au permis d’armement, navires de plaisance à louer, jetskis, kayaks et autres activités maritimes, la mer offre un large panel d’opportunités, à condition de respecter quelques règles de sécurité.

C'est pourquoi, les services de l'État veulent se coordonner pour contrôler le respect des règles de sécurité des navires proposant des balades en mer ou des activités nautiques.

"On fait cela en début de saison estivale pour que les plaisanciers puissent avoir bien en tête tous les impératifs règlementaires qui vont s'appliquer sur les activités de balades en mer", indique Audrey Bourdette, chef du service sécurité maritime à la direction de la mer Sud Océan Indien (DMSOI).

Aujourd'hui on cible les professionnels des sorties de loisirs avec deux types de bateau. Des bateaux de type loisirs et ceux faisant des sorties en mer", indique Bastien Lumet, agent de l'unité littorale des affaires maritimes de La Réunion.

Un contrôle ciblé sur la sécurité et l'administratif des bateaux. "On regarde que le bateau soit aux normes en termes de sécurité, que le matériel soit à jour (gilets de sauvetage, feux de détresse…) et que les documents le soient également." "On vérifie également les titres des capitaines et du personnel embarqué." Écoutez :

"Le but étant de contrôler le plus d'entreprises et montrer que l'on est présent", souligne la DMSOI.

Si ces règles ne sont pas respectées, "cela peut vite être très dangereux", évoque Audrey Bourdette. "On a eu une explosionsur un navire de plaisance en mer et si la personne en est sortie vivante, elle a passé par mal de temps à l'hôpital."

- De la pédagogie avant tout… -

L’inspection du travail, les affaires maritimes et la gendarmerie maritime se mobilisent pour rappeler aux entreprises les bonnes pratiques de ces activités, tant pour la sécurité de leurs navires que celle de leurs employés ou leurs clients.

"Dans la grande majorité il y a des rappels à faire mais à La Réunion on est sur un secteur assez bien surveillé et donc les gens respectent en grande partie", note Bastien Lumet, agent de l'unité littorale des affaires maritimes de La Réunion.

"Ça se passe plutôt bien. On est plutôt sur une visée constructive pour rappeler les règles. Après, on a une pression de contrôle qui est assez forte pour que la sécurité des passagers soit bien respectée", indique Audrey Bourdette, chef du service sécurité maritime à la direction de la mer Sud Océan Indien (DMSOI).

Après elle le dit, "si on voit des choses qui mettent en danger la vie des passagers on verbalisera".

Si un professionnel ne respecte pas les règles, il peut y avoir des suspensions de permis côtiers, des amendes et des peines plus importantes en fonction de ce qui n'est pas respecté. Des peines pouvant aller jusqu'à l'emprisonnement.

- Contrôler sur terre et en mer -

Si les contrôles se concentrent aujourd'hui à quai, la DMSOI effectue également des contrôles en mer tout au long de l'année.

"Pour les plaisanciers, on contrôle le permis côtier présentable sur le bateau, avoir un bateau aux normes – d'où la responsabilité du loueur – et la responsabilité des règles de navigation", évoque Audrey Bourdette, chef du service sécurité maritime à la direction de la mer Sud Océan Indien (DMSOI). Rappelant également la charte d'approche des cétacés.

À cette occasion, il est important de rappeler le numéro d'urgence du Cross. "Si vous êtes témoin d'une urgence en mer, appelez le 196, numéro du Cross".

ma.m/www.imazpress.com/redac@ipreunion.com

Ces articles pourraient aussi vous intéresser