Océan Indien par Imaz Press, vendredi 23 février 2024 à 19:11

Pour faire face aux difficultés rencontrées (actualisé) : L’Etat accorde un soutien financier de 40 millions d’euros au CHU de La Réunion

image description
image description

Le directeur général de l’ARS La Réunion se félicite "de l’écoute et du travail mené avec la Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités et le ministre chargé de la santé et de la prévention sur la situation financière du CHU de La Réunion". Une aide exceptionnelle en trésorerie de 31,2 millions d’euros pour accompagner le CHU face aux difficultés importantes qu’il rencontre a en effet été décidée. Cela s’ajoute aux crédits dont bénéficiera le CHU de La Réunion au titre de la restitution de la sous-exécution et des crédits d’aide exceptionnelle et représente un total de 40 millions d’euros d’aides (Photo : rb/www.imazpress.com)

"Ce travail qui a démarré dès le mois de septembre 2023 et qui s’est accéléré depuis la nomination de Catherine Vautrin au ministère du Travail, de la Santé, et des Solidarités et de Frédéric Valletoux au ministère délégué chargé de la santé et de la prévention a été arbitré favorablement par l’attribution au CHU de La Réunion" se réjouit Gérard Cotellon.
 
"Cette allocation représente de la part du Gouvernement un effort très exceptionnel dans un contexte financier particulièrement contraint qui conduit l’ensemble des ministères à réduire les dépenses publiques dans un souci d’efficience" ajoute-t-il.

Le récapitulatif des montants attribués au CHU par enveloppe :

Il s’agit d’un niveau d’aide massif pour le CHU et d’un effort considérable du Gouvernement, qui pèse sur la fin de gestion 2023.

"Le travail d’analyse des origines du déficit structurel du CHU se poursuivra dans les semaines à venir par une mission flash de l’Inspection Générale des Affaires Sociales (IGAS) qui viendra en appui de l’ARS et de la gouvernance du CHU pour proposer des réponses aux spécificités du CHU de La Réunion" annonce l'ARS.

Elle "continuera, en lien avec tous les acteurs de santé du territoire et en parfaite cohérence avec les instructions de la ministre du travail, de la Santé et des Solidarités et du ministre chargé de la santé et de la prévention, ses efforts pour améliorer l’efficience du système de santé dans un souci de responsabilité avec l’objectif de toujours mieux répondre aux besoins de santé des Réunionnais".

"Nous saluons l’octroi de cette enveloppe qui permet d’éloigner les menaces immédiates. Il va de soi que pour continuer à garantir une couverture sanitaire de qualité dans la durée, cette réponse d’urgence appelle à présent des mesures structurelles prenant en compte les surcoûts dus à l’insularité mais également les surcoûts liés aux évacuations sanitaires de Mayotte, aux missions de recours déficitaires du CHU comme les greffes de moelle osseuse ou les cancers pédiatriques mais aussi les gardes et astreintes dans toutes les spécialités médicales ou encore la recherche" a réagi Huguette Bello, présidente de Région.

"Nous notons la venue d’une mission flash chargée de confirmer le caractère structurel du déficit et d’en analyser les causes. En tant que Présidente du Conseil de surveillance du CHU, je serai vigilante à ce que ce qui est présenté comme une mission d’appui ne soit pas dénaturé. Nous souhaitons que ce travail puisse se faire dans les meilleurs délais et dans des conditions d’impartialité et d’objectivité" a-t-elle ajouté.

"Il apparaît cependant que la revalorisation du coefficient géographique est une mesure dont l’application ne peut pas être différée dans l’attente des résultats de cette nouvelle mission. Parfaitement documentée et analysée depuis 2019. Cette augmentation de trois points doit pouvoir intervenir immédiatement et sans délai, conformément à l’engagement du Président de la République".

Lire aussi : Hôpital : au CHU de La Réunion, un déficit qui inquiète

www.imazpress.com / redac@ipreunion.com

Ces articles pourraient aussi vous intéresser