Océan Indien par Imaz Press, vendredi 2 février 2024 à 13:42

Santé : Cas de leptospirose en hausse : il pleut... attention, les rats sont de sortie

image description
image description

Ce vendredi 2 février 2024, Santé publique France a publié son point épidémiologique régional. Cette semaine, deux points clés sont à souligner : la hausse des cas de leptospirose alors que La Réunion a connu de fort épisodes pluvieux. La gastro-entérite voit ses indicateurs également à la hausse, malgré la phase de post-épidémie. À noter que les cas de Covid, de bronchiolite restent stables voire diminuent. Nous publions ci-dessous le communiqué (Photo d’illustration)

Cette période de l’année est particulièrement favorable au lessivage des sols, responsable de la dispersion des leptospires dans
l’environnement. Elle présente également des conditions climatiques favorables à la persistance de la bactérie dans l’eau et les milieux humides.

En 2023, près de 160 cas ont été déclarés à La Réunion (données en cours de consolidation, point épidémiologique annuel à paraitre au 1er trimestre).

Vingt cas de leptospirose biologiquement confirmés ont été déclarés à L’ARS Réunion depuis le 1er janvier 2024.

Parmi ces cas, 16 cas sont survenus au cours des 4 premières semaines de janvier 2024, 1 cas a été exclu (ne répondait pas à la définition de cas) et 2 cas sont survenus en décembre 2023. En raison d’un délai entre l’apparition des symptômes et la déclaration
des cas à l’ARS, les données des dernière semaines sont susceptibles d'être consolidées à la hausse.

Caractéristiques des cas survenus en 2024

• Il s’agissait de 11 cas confirmés par PCR sang et 5 cas probables présentant une sérologie Elisa IgM supérieure au seuil.
• Tous ces cas étaient de sexe masculin avec un âge moyen de 59 ans (min=14 ans; max=75 ans).
• Ces cas résidaient pour 14 d’entre eux dans le sud de l’île (Saint Pierre, Saint Joseph, Le Tampon, Petite Ile, Entre-Deux) et pour 2
d’entre eux dans l’est de l’île.

• Parmi les 12 cas pour lesquels la donnée était disponible, 5 cas ont été hospitalisés plus de 24h.

En parallèle entre la première et la quatrième semaine de janvier, la surveillance des passages aux urgences (Oscour®) identifiait 10
passages pour suspicion de leptospirose dont 5 ont été suivis d’une hospitalisation (versus 6 passages en 2023 et 2022 avec
respectivement 5 et 3 hospitalisations).

Le démarrage de l’épidémie saisonnière de leptospiorse cette année semble plus précoce qu’en 2022 et 2023. Avec des conditions
climatiques (été austral et fortes pluies récentes notamment dans le sud de l’île) favorisant la survie des bactéries dans l’eau et les
milieux humides et les pratiques d’activités à risque de contamination (nettoyage post-cyclone, travaux agricoles, élevage, jardinage,
baignade sans protection efficace ...), le nombre de cas va augmenter dans les prochaines semaines.

Depuis août 2023, le dispositif de surveillance de la leptospirose à La Réunion comme dans tous les départements français, repose sur la déclaration obligatoire.

Il convient d’être particulièrement attentif au diagnostic et à la prise en charge des cas ainsi qu’à leur déclaration à l’ARS.

Pour chaque signalement, une investigation épidémiologique et environnementale est réalisée au domicile de chaque cas par le service de lutte anti-vectorielle de l’ARS. Cette enquête permet la mise en place d’éducation sanitaire et de mesures de prévention adaptées au cas par cas. Elle permet aussi d’envisager des campagnes de prévention spécifiques à un lieu ou une activité à risque. Un séquençage des cas afin de déterminer les espèces en cause dans ces infections est aussi réalisé dans le cadre de la déclaration obligatoire.

- Gastro -

En S04, les passages aux urgences tous âges pour un motif de gastro-entérite étaient à la hausse avec 80 passages versus 62 passages en S03. Le nombre d’hospitalisations était cependant stable avec 14 hospitalisations en S04 vs 13 en S03.

Chez les enfants de moins de 5 ans, les passages aux urgences pour un motif de gastro-entérite étaient également à la hausse en S04 (n=42) comparés à la semaine précédente (n=33). Les hospitalisations après un passage aux urgences étaient en hausse modérée avec 7 hospitalisations en S04 contre 4 en S03.

En S04, la part de l’activité des urgences chez les moins de 5 ans pour la gastro-entérite était de 9,9% contre 7,6% en S03.

En ce début d’année, la circulation de la dengue concerne toujours essentiellement le sud de l’île. En semaine 01, un cas a été
diagnostiqué et 5 en semaine 02.

- Covid-19 -

En S04, les passages aux urgences pour motif de COVID-19 étaient en baisse modérée. En S04, 15 passages aux urgences pour COVID-19 ont été comptabilisés contre 19 la semaine précédente (Figure 3). En S04, le nombre de passages aux urgences pour motif de COVID-19 restait inférieur à la moyenne des passages en S04 entre 2020 et 2023 (Figure 3).

Le nombre d’hospitalisations après un passage aux urgences pour motif de COVID-19 était en baisse modérée avec 7 hospitalisations en S04 vs 11 en S03. Le niveau des hospitalisations était inférieur à la moyenne 2020-2023.

Le niveau de circulation virale de la COVID-19 continue de baisser en ce début d’année 2024.

La baisse de la circulation virale se poursuit. En S04, le taux de positivité (TP) était de 11% en S04 comparé à 15% la semaine
précédente, soit une diminution de 29% (Figure 1). Le taux de dépistage était en revanche en augmentation, passant de 44 tests pour
100 000 habitants en S03 à 51 tests pour 100 000 habitants en S04, soit une augmentation de 16%. La baisse du TP constatée en S04
concerne toutes les classes d’âges à l’exception des 15-45 ans (+2 points) (Figure 2).

La surveillance virologique mise en place avec les données de virologie du laboratoire de microbiologie du CHU (CNR Arbovirus Associé, CNR Virus respiratoires Associé, La Réunion) montre un TP de la COVID-19 en baisse en S04 comparé à la S03. Il y avait 15 tests positifs parmi 148 tests en S04, soit un TP de 10% vs 21 tests positifs parmi 143 tests en S03, soit un TP de 15%.

En S04, les passages aux urgences pour motif de COVID-19 étaient en baisse modérée. En S04, 15 passages aux urgences
pour COVID-19 ont été comptabilisés contre 19 la semaine précédente (Figure 3). En S04, le nombre de passages aux urgences pour
motif de COVID-19 restait inférieur à la moyenne des passages en S04 entre 2020 et 2023.

Le nombre d’hospitalisations après un passage aux urgences pour motif de COVID-19 était en baisse modérée avec 7 hospitalisations en S04 vs 11 en S03. Le niveau des hospitalisations était inférieur à la moyenne 2020-2023.

- Grippe -

En S04, les passages aux urgences pour motif de syndrome grippal étaient à la baisse. Les urgences ont enregistré 13 passages pour un motif de syndrome grippal en S04 contre 18 la semaine précédente. Le nombre d’hospitalisations pour motif de syndrome grippal était stable en S04 avec 5 hospitalisations vs 4 en S03. La part d’activité des urgences pour un motif de grippe restait faible et représentait moins de 1% de d’activité totale.

La surveillance virologique identifie en S04 une circulation de grippe de type A(H1N1)pdm09. Le taux de positivité était à la hausse avec 22% des tests positifs pour les virus grippaux en S04 contre 9% en S03.

Au vu des données épidémiologiques, La Réunion n’était pas dans un contexte d’épidémie.

En médecine de ville, la part d’activité pour des Infections Respiratoires Aigües (IRA) était à la baisse avec 2,1% de l’activité totale en S04 contre 3,0% en S03. La part d’activité pour IRA était en dessous de la moyenne 2013-2023.

- Bronchiolite -

Les passages aux urgences pour motif de bronchiolite chez les enfants de moins de 2 ans étaient stables en S04 comparés à la semaine
précédente. En S04, 41 enfants âgés de moins de 2 ans ont été aux urgences pour une bronchiolite versus 42 en S03.

Le nombre des nouvelles hospitalisations diminuait en S04 avec 15 hospitalisations contre 22 hospitalisations en S03 (Table 1).

La part de passages aux urgences pour bronchiolite parmi l’ensemble des passages d’enfants de moins de deux ans était stable à 15,2% en S04 contre 15,7% en S03.

Concernant la surveillance virologique, le taux de positivité pour le VRS chez les moins de deux ans était stable à 44% en S04 (vs 45% en S03) avec une circulation majoritaire de VRS de type A.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser