Pour s’informer et se faire aider

Allô le 0806 706 806 ? Je vis dans un logement indigne

bidonville

Vous êtes locataire, victime d’un marchand de sommeil ou d’un logement insalubre ou vous ayez connaissance d’une telle situation, téléphonez au 0806 706 806. Ce numéro de téléphone, actif à La Réunion, vient d’être mis en service par le ministère de la Ville et du Logement et l’Agence nationale pour l’information sur le logement (ANIL). A l’autre bout du fil "un conseiller de l’Agence départementale pour l’information sur le logement (ADIL) sera à votre écoute et vous expliquera les démarches à effectuer" affirme le ministère. La Réunion, selon les chiffres de l’Agorah (agence d’observation de La Réunion de l’aménagement et de l’habitat) 15 601 bâtis indignes ont été répertoriés en 2018 dans 20 communes de l’île (Photo d’illustration rb/www.ipreunion.com)

A La Réunion pour être mis en contact avec un(e) conseiller(e) il faut composer le 0806 706 806, le serveur vocal lui demandera de de composer le numéro du département - le 974 en l'occurrence -, l'appel sera ensuite redirigé sur l'agence départementale d'information sur le logement (ADIL).

Pour un locataire, le conseiller appréciera et évaluera la nature et l’importance des désordres (humidité, risque d’effondrement de la toiture, chauffage défectueux…) du logement, en s’appuyant sur une grille d’auto-évaluation. Selon les informations qui lui seront communiquées, il complètera cette grille et informera ensuite sur les droits et obligations du locataire. Il vérifiera également si le bailleur a déjà été informé des désordres et selon quelles formalités.

Pour un bailleur ou propriétaire occupant, le conseiller l’informera de ses obligations et des aides financières disponibles pour faciliter la réalisation des travaux. Les modalités et conséquences de la conservation de l’allocation de logement seront, le cas échéant, portées à sa connaissance. De même, le conseiller indiquera les démarches d’information préalables à fournir au locataire avant l’exécution des travaux.

"En cas d’insalubrité (cumul de désordres avec des problématiques d’humidité par exemple), l’ADIL signalera, après accord de l’interlocuteur, la situation à l’Agence régionale de santé (l’ARS). Une lettre sera envoyée afin de l’informer de l’orientation du dossier, après validation par les acteurs du Pôle départemental de l’habitat indigne et ce dans un délai de 2 à 3 jours" précise le ministère du Logement.

"La guerre déclarée aux marchands de sommeil avec des sanctions aggravées continue. On les considère maintenant comme des trafiquants de drogue avec des mesures tout aussi radicales. On doit en finir avec cette impunité ressentie par les marchands de sommeil" a souligné Julien Denormandie, ministre de la Ville et du Logement, lors de la présentation du 0806 706 806.

Etat des lieux de l'habitat indigne à La Réunion

Selon une étude publiée en juillet 2019 par l'Agorah, en 2018, il y avait 15 601 bâtis indignes implantés dans 20 des 24 communes de l'île. 4 500 d'entre-eux étaient exposés à des risques naturels (situés en bord de ravine par exemple), dont 1 500 soumis à un risque élevé.

Entre 2008 et 2018 4 513 bâtis sont sortis de l'indignité. Ils ont été rénovés, démolis ou ne sont plus affectés à du logement. Ce chiffre peut sembler encourageant mais il largement tempéré par le recensement sur la même période de 5 880 nouveaux logements indignes.

Évolution du nombre de bâtis indigne par commune depuis 2008

L'habitat indigne, c'est quoi ?

Aux termes de lois, constituent un habitat indigne, les lieux utilisés à des fins d’habitation alors qu’ils ne sont pas prévus à cet effet. Il s’agit des logements dont l’état, ou celui du bâtiment dans lequel ils sont situés, expose les occupants à des risques manifestes, pouvant porter atteinte à leur sécurité physique ou à leur santé.

L’habitat indigne comprend par exemple les situations de logements insalubres, qui présentent un risque pour la santé des occupants (intoxication au monoxyde de carbone, saturnisme, problèmes respiratoires liés à des émissions de particules dans le logement, électrocution…).

L’habitat indigne inclut également les logements concernés par une procédure de péril, c’est-à-dire les situations présentant un risque de stabilité ou de solidité des ouvrages. C’est notamment le cas lorsqu’un immeuble menace la sécurité des habitants, des voisins ou simplement des passants. C’est alors le Maire qui est chargé d’identifier ces désordres et de mener les procédures.

www.ipreunion.com

mots clés de l'article : ministère , habitat , actus reunion , Actualité de La Réunion , 0806 706 806 , Logements indignes