"Prévisible", "coup monté", "vieille méthode"...

Après l’attaque de Strasbourg, fake news et théories du complot à gogo

Aah les fake news ! Ces belles petites infox se baladent sur la toile, fleurissent sur nos comptes Twitter, Facebook et compagnie et alimentent nos conversations... Ces dernières semaines, nous avons été bien gâté. Un noël avant l’heure pour tous les amateurs des théories du complot. La dernière en date ? L’attentat de Strasbourg qui ne serait qu’une machination montée par l’Etat et le gouvernement pour détourner notre attention des Gilets Jaune, et La Réunion n’a pas été épargnée. Tour d’horizon des théories farfelues...

• La boule de cristal de la Préfecture

Quelques minutes après la nouvelle d’une attaque à Strasbourg à 20h47, la Préfecture du Bas-Rhin publie un tweet où elle recommande d’éviter le secteur. Léger couac: des internautes relaient une capture d’écran de ce message et certains pensent qu’il a été postés à 11h47… neuf heures avant le drame.

Publié à 11h47 ??? Y'a pas un problème ?

— PER-RY Noem (@PERRYNomie) 11 décembre 2018

En réalité, le tweet a bien été rédigé à 20h47, la confusion vient d’un réglage de Twitter. Des comptes sont tout simplement configurés sur le fuseau horaire de la Californie… et de ses neuf heures de décalage. L’internaute qui a fait la capture d’écran devrait se régler sur l’heure européenne.

Effectivement, mal réglé, on a l'impression que le tweet de la préfecture est prémonitoire... car l'heure indiquée est 11h47 pic.twitter.com/lmukDzQmOI

— Mathilde Goupil (@mathilde_goupil) 11 décembre 2018 • Faire taire les Gilets Jaunes

Acte V du mouvement des gilets jaune et attentat à Strasbourg ? Coïncidence ? Les cervelles de certains travaillaient jusqu'à très tard pour se lancer dans l'écriture d'un complot de l'Elysée ou des services secrets... L’idée d’un coup monté par Emmanuel Macron pour étouffer le mouvement social semblait visiblement très alléchante.

Dès 20h24, alors que la nouvelle de l’attaque venait tout juste de tomber, Maxime Nicolle, l’une des figures nationales des Gilets Jaunes, connu sur la toile sous le nom de "Fly Rider" a déclaré sur son compte Facebook dans un live: "Il y a eu des coups de feu, il y a eu des blessés, il y a peut-être un décès, ça se trouve c'est juste un fou ! Si c'était un attentat, dites-vous bien que le mec n'attend pas qu'il y ait 3 personnes dans une rue le soir à 20h. Il va en plein milieu des Champs-Elysées quand il y a des millions de personnes et il se fait exploser, ça c'est un vrai attentat ! Le reste, c'est des effets pour faire peur"... Les commentaires, tweet et autres ont ensuite fleuri :

tellement prévisible, au vu de l'actualité - on ressort les bonnes vielles méthodes pour détourner l'attention des gens #attentat #fusillade #Strasbourg #GiletJaune #etatdurgence #finilamanifestation https://t.co/BVSmEjRmBl

— Mdzl (@SvdGurl) 11 décembre 2018

Samedi: manifestation gilet jaune lundi : Macron parle et les gilets jaune s’en battent les couilles de ses propositions et mardi attentat à Strasbourg. Coïncidence ?! Je ne croit pas !!! Comme dab il va jouer sur la peur pour stopper toutes manifestations et émeute.

— la decoupe (@hakladecoupe) 11 décembre 2018

Attention à tous les Français temps que les #GiletsJaunes seront un danger pour l’État il y aura un risque #attentat Faites attention à vous ils sont capables de tout pour maintenir l’oligarchie. #Strasbourg

— Sarkozi le petit (@sarkozilepetit) 12 décembre 2018

Un assaillant fiché S actuellement à Strasbourg juste après le discours de Macron sur l'immigration hier soir. Belle tactique pour faire oublier le mouvement des #GiletsJaunes #strasbourg #Macron20h

— Ze Procrastinateur 🇰🇵🇻🇪🇵🇸 (@gouloulexham) 11 décembre 2018

A La Réunion, les groupes Facebook ont été innodés de posts de ce genre, comme celui de "Largue ton cosement 974" :

En métropole, face à l’affluence des messages, certains administrateurs ont préféré fermer temporairement la modération et empêcher toute publication dans les groupes.

Nous pouvons seulement rappeler aux complotistes du dimanche la petite phrase du vieux Socrate, "Scio me nihil scire," Je sais que je ne sais rien…

Sinon, il existe deux-trois petites manouvres pour éviter les pièges de l'araignée internet. Des sites avec des outils comme le "Décodex" du Monde permettent de vérifier la véracité d'une information en copiant-collant l'adresse d'une page Web... vous pouvez essayer, c'est clair, net, précis.

www.ipreunion.com