Réunion mercredi 23 novembre 2016
Santé / Océan Indien

Déficit au CHU de La Réunion : Entre 210 et 350 postes supprimés sur les 5 prochaines années

image description

En pleine tourmente, le Centre hospitalier universitaire s’apprête à présenter son plan de retour à l’équilibre le 13 décembre prochain. Il pourrait supprimer entre 210 et 350 postes d’ici 2021.
Il faut dire que le déficit du CHU est beaucoup plus sérieux que prévu. De 11 millions d’euros, il est passé à 20 millions d’euros en 2015 après une étude approfondie. En 2016, il devrait avoisiner les 26 millions.

Avant même d’avoir reçu les conclusions de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), le directeur Lionel Calenge a présenté ce mardi, devant le conseil de surveillance du CHU Sud, son plan de retour à l’équilibre. Il aura une ampleur inégalée dans l’histoire de l’établissement, avec une économie de 28 millions d’euros, en grande partie supportée par le personnel. Les suppressions de postes seraient de 190 emplois sur les personnels non médicaux et administratifs d’ici 2021, soit une économie de 10,7 millions d’euros.

De 10 à 30 emplois supplémentaires seront également supprimés sur le personnel médical pour une économie de 1,8 million d’euros. Ces réductions de personnel, dont une bonne partie se traduiront par le non-remplacement de départ à la retraite, se concrétiseront entre 2017 et 2021.

Ce premier scénario serait privilégié si le CHU obtient une revalorisation de plusieurs dispositifs d’aide. Dans le cas contraire, le CHU devra se résoudre à des coupes beaucoup plus drastiques dans ses personnels : 39 millions d’euros dont 23 millions d’euros sur les charges de personnel, soit l’équivalent de 350 emplois.

L’établissement hospitalier est convaincu que son redressement passera par un nouveau projet de prise en charge des patients et un nouveau projet d’établissement. Dans sa réflexion, le CHU souhaite également préserver son plan pluriannuel d’investissement de 360 millions d’euros. Il tient notamment à son nouveau bâtiment de médecine générale à Saint-Pierre. Les hospitalisations de courte durée seront également renforcées en chirurgie et en médecine et un programme de fermeture de 50 à 70 lits sera mis en place.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser