Réunion par Imaz Press, mardi 28 juillet 2020 à 01:58
Ces crustacés vivent habituellement à 2.500 km de l’île

Epigrapsus Politus : une nouvelle espèce de crabe découverte à La Réunion

image description
image description

Nicolas Huet, naturaliste et photographe animalier, spécialiste des crustacés, découvre il y a quatre ans une espèce de crabe qu’il ne connaissait pas. Il fait part de sa trouvaille aux scientifiques. Ils viennent d’établir qu’il s’agit d’une grande découverte. Jusqu’à présent les scientifiques pensaient en effet que l’Epigrapsus Politus, le nom de cet animal, ne vivait pas dans l’Océan Indien. Ils cherchent maintenant à comprendre comment ce crustacé est arrivé dans les eaux de La Réunion (Photo : Nicolas Huet)

C’est lors d’une sortie photo que Nicolas Huet est tombé nez à nez avec l’Epigrapsus Politus, de son nom scientifique. " l’époque, je l’ai photographié sans y porter attention, je n’ai pas approfondi mes recherches. J’ai envoyé ma photo à un spécialiste et là coup de théâtre cette population d’espèce n'est identifiable qu’à 2.500 km de La Réunion ! Des recherches ont donc été lancées afin de déterminer leur venue sur notre île " explique le naturaliste.

- Une espèce rare -

Il s’agit d’un crabe encore jamais observé sur l’île, de l'espèce des Politus et de la famille des gecarcinidae. Cette espèce endémique de la Polynésie française est aperçue pour la première fois en 2016, sur la zone sud du littoral de La Réunion. "J’ai découvert cette population sur terre, à environ 5 mètres de la mer. Ils n’étaient pas nombreux, une cinquantaine je dirais" décrit Nicolas Huet.

"Cette découverte laisse une part de mystère, en effet cette espèce n’est présente ni à Mayotte, ni à Madagascar, ni à Maurice et encore moins à Rodrigues. Les plus proches se trouvent à 2500 km, on se demande bien comment ont-ils pu arriver ici " explique le photographe animalier. Le petit animal est doté d’une carapace ne dépassant pas 3 centimètres, il est de couleur orangé, marron, et est totalement inoffensif pour l’Homme. Il vit principalement sur terre "mais se trouve également un peu au dessus de la zone intertidale (partie du littoral située entre les limites extrêmes des plus hautes et des plus basses marées ndlr) " précise Nicolas Huet

- "Nous ne savons que peu de choses" -

Initialement, les scientifiques ont pensé qu’il s’agissait d’une autre population de crustacés, déjà présente aux abords de l’île. Mais des doutes persistaient. L’analyse des photographie et un travail minutieux de comparaison avec les autres espèces ont permis de s’assurer qu’il s’agissait bien d’Epigrapsus Politus. "C’est après avoir effectué les tests de comparaison qu’on s’est rendu compte que cette espèce n’était pas recensée" indique le naturaliste.

L’exposition aux alizés et aux courants marins pourrait être l'une des raisons de leur arrivée, mais rien n’est sûr. "Cela montre bien que nous ne savons que peu de choses et que certaines des nouvelles espèces que nous découvrons sont parfois bien plus répandues qu’on ne le pense" commente Nicolas Huet.

Ce crabe est vulnérable en raison du faible nombre d’individus présents aux abords de l’île et c'est la raison pour laquelle nous n'indiquons pas le lieu où il a été découvert

es / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

Ces articles pourraient aussi vous intéresser