Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre

La CCIR veut développer le gaz naturel à La Réunion

photo RB imaz press Réunion

Ce mardi 16 septembre 2019, la Chambre du commerce et de l’industrie (CCI) a présenté les premiers résultats d’une étude sur l’utilisation du gaz naturel véhicule (GNV) pour les transports réunionnais, dans le cadre de la transition énergétique. Ce GNV présenterait en effet de nombreux avantages, notamment une diminution du coût à la pompe mais aussi des émissions de gaz à effet de serre. (Photo rb/www.ipreunion.com)

"Nous avons décidé de mettre en place cette étude pour démarrer une réflexion sur l'avenir des transports réunionnais, notamment pour trouver une alternative au gazole" a indiqué Ibrahim Patel, président de la CCIR. Chaque année, La Réunion produit 3600 tonnes de méthane, gaz utilisé pour le GNV. Mais ici, ce méthane est utilisé en grande partie pour l'électricité, et pas du tout pour les véhicules. "Cependant, rien ne nous empêche d'utilise nos connaissances en matière de méthane à expérimenter son utilisation sur les véhicules professionnels" précise le président de la CCIR. Aujourd'hui, 20 000 véhicules en métropole roulent au méthane, contre 20 millions dans le monde. La France est donc en retard, et La Réunion encore plus, dans la mesure où la production de méthane n'est destinée à aucun véhicule.

Ibrahim Patel explique l'avantage du GNV. Regardez :

Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 80% Plusieurs scénarios d'implantation ont donc été étudiés. La première est celle de l'importation de gaz naturel liquéfié. "Cette option est la moins intéressante, dans la mesure où écologiquement parlant, il faudrait tout de même transporter ce carburant jusqu'à La Réunion" a souligné Geoffrey Buot, du bureau d'étude Akajoule. Le spécialiste penche plutôt pour une production locale du gaz, afin de favoriser par la même occasion l'économie circulaire. "Faire rouler les véhicules avec du gaz est plus économique et moins polluant. Cela permettrait une réduction d'environ 80% des émissions de gaz à effet de serre des véhicules professionnels" d'après Geoffrey Buot. Aujourd'hui, 350 000 véhicules roulent à La Réunion. "Nous sommes dépendant à l'essence : en cas de pénurie, La Réunion se retrouverait paralysée. Il faut donc dès aujourd'hui réfléchir à une alternative" a expliqué Ibrahim Patel.

Réussir à convaincre la région et le département En novembre prochain, la deuxième partie de l'étude sera présentée afin d'évaluer l'évolution du gaz sur le long terme. C'est à ce moment là que la CCIR devra convaincre la région, le département et les communautés de communes d'intégrer le GNV à la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE), un outil de pilotage de la politique énergétique, qui sera réactualisée en 2021. Si cette option devait être explorée sérieusement, la CCIR se donne un délais de cinq à six pour que les premiers véhicules au gaz puissent se retrouver sur les routes réunionnaises. "Il faudra aussi que l'Etat fasse un effort envers nous, et qu'il instaure la même taxe qu'en métropole sur le gaz naturel" a cependant souligné Ibrahim Patel. En effet, en métropole, il y a un avantage fiscale sur le carburant : la taxe sur les carburants est beaucoup plus faible sur le gaz naturel. A La Réunion, cette taxe n'existe pas dans la mesure où il n'y a pas de GNV. Rendez-vous en novembre pour en savoir plus sur ce projet.

as / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com

mots clés de l'article : transports , CCIR , CCI Réunion Actualité , méthane , actus reunion , gaz naturel , Actualité de La Réunion , Chambre du commerce et de l’industrie