Rencontres départementales avec les jeunes

Entrepreneurs en herbe : "on est une jeunesse réunionnaise dynamique et talentueuse"

photo RB imaz press Réunion

Le Conseil départemental, a mis en place en 2016 le Tremplin pour l’Activité des Jeunes (TAJ), un dispositif en faveur de l’accompagnement des jeunes vers une insertion professionnelle durable. Ce mardi 12 novembre 2019 avaient lieu les rencontres départementales sur le TAJ pour échanger à ce sujet. Deux jeunes entrepreneurs ont fait part de leur expérience devant un hémicycle rempli de questions. Selon le Département, le dispositif a permis d’aider 1000 Réunionnais, porteurs de projets en insertion dans la création de leur propre emploi. (Photos rb/www.ipreunion.com)

Deux millions d'euros, c'est ce que le Département investit pour aider les jeunes, "on peut les soutenir à hauteur de 8.000 euros" explique Cyrille Melchior, président du Conseil départemental.

Ce mardi 12 novembre il a signé une convention "qui lie le Département à ses partenaires afin d'accompagner les jeunes. Nous confortons notre réseau sur tout le territoire."

Plus de 300 jeunes aidés chaque année

Chaque année, plus de 300 jeunes sont aidés par le Département, selon lui. "Nous avons simplifié les procédures. Plus de 85% des jeunes réussissent quand ils lancent leur entreprise. Les questions c'est normal, les difficultés, mais je viens de voir des jeunes très engagés, à l'écoute, qui se sont renseignés", témoigne-t-il.

Cyrille Melchior : " chaque année le Département aide 300 jeunes pour créer leur entreprise " pic.twitter.com/5HHDZtxY8x

— Imaz Press Réunion (@ipreunion) November 12, 2019

Anne-Gaëlle Nayagom est une jeune cheffe d'entreprise de 24 ans qui en est la preuve vivante. Elle est venue témoigner dans l'hémicycle micro à la main, et répondre aux questions des jeunes venus se renseigner.

"J'ai mis un peu plus d'un an à créer ma entreprise, dans la conception graphique, et le développement des réseaux sociaux pour les entreprises. Elle est née tout récemment en mars 2019" raconte-t-elle. "Un conseil tout simple : il faut croire en soi, en son projet, rester motivé."

Et ce malgré les difficultés de parcours, selon elle. "Ce n'est pas parce qu'on nous dit non qu'on doit baisser les bras. Moi aussi j'ai eu des "non" sur mon chemin. On est une jeunesse réunionnaise dynamique et talentueuse et on a cette fois d'être aidé par le Département financièrement."

Créer son entreprise quand on est jeune, " un conseil tout simple c’est de croire en soi " explique une cheffe d’entreprise de 24 ans pic.twitter.com/1gwOg3oGzk

— Imaz Press Réunion (@ipreunion) November 12, 2019 "Faire quelque chose que j'aime"

Parmi les jeunes venues l'écouter et poser des questions aux partenaires rassemblés, il y a Alexia, 21 ans, qui cherche justement à créer son entreprise. "Je voudrais créer un food truck, qui propose des repas sains et équilibrés" nous explique-t-elle. "Je suis venue ici pour avoir toutes les informations concernant les aides que je pourrais recevoir. Nous les jeunes on mise beaucoup sur le climat de travail, moi j'ai besoin d'une atmosphère positive c'est pour ça que je veux créer mon entreprise."

A ses côtés, Cindy, 23 ans, qui est "surtout ici pour prendre des informations et monter le dossier de financement". Ainsi elle s'est renseignée sur le business plan : il y a plusieurs dispositifs qui peuvent me venir en aide. J'en suis encore au stade des renseignements, mais ça me met en confiance."

Il y a aussi Merylline, 26 ans, en pleine création d'entreprise. "Je lance une association ou société coopérative d'intérêt collectif. Je voulais justement me renseigner sur le statut, savoir comment débuter".

Son entreprise serait une "société d'accompagnement social, avec ateliers et rencontres". Malgré les difficultés liées à la création de son entreprise, "beaucoup de paperasse", elle dit prendre "beaucoup de plaisir" dans cette aventure. "J'ai envie de travailler en faisant quelque chose que j'aime, qui correspond à mes valeurs. Aujourd'hui on est beaucoup dans le chiffré, dans les finances, et on oublie beaucoup l'humain."

mm / www.ipreunion.com / redac@ipreunion.com