Les limites du système d’alerte cyclonique à La Réunion

AFP - STEPHANE DE SAKUTIN

Le passage de la tempête tropicale Fakir a une nouvelle fois démontré les limites du système d’alerte cyclonique en place à La Réunion.

Lors du passage de la forte tempête tropicale Berguitta le 18 janvier dernier, des Réunionnais avait dû quitter leur logement pour aller travailler, en dépit des risques importants de crues et des pluies diluviennes. L’absence de déclenchement de l’alerte rouge avait soulevé des questions légitimes de la part des Réunionnaises et des Réunionnais et plus largement m’avait amenée à questionner le système d’alerte en place à la Réunion.

Trois mois plus tard, je salue l’écoute de la ministre des Outre-mer, qui après un nouvel événement météorologique qui a contraint la population à se déplacer dans des conditions dangereuses, a réuni tous les acteurs de la sécurité civile pour faire un point sur le déclenchement des alertes lors des phénomènes climatiques majeurs. La Ministre a notamment indiqué qu’elle était favorable à une révision du système d’alerte cyclonique pour tenir compte des pluies et de la houle.

Soucieuse que nous tirions toutes les leçons de ces dysfonctionnements répétés, je travaille à des propositions concrètes que je porterai aux ministères des Outre-mer, au Ministère de l’Intérieur et au Préfet de La Réunion, avec pour objectif de sortir d’un système de déclenchement des alertes extrêmement contraint car construit de manière administrative. Ce dispositif doit aujourd’hui évoluer dans une co-construction avec le territoire pour s’adapter au mieux à nos spécificités sociogéographiques et aux caractéristiques des évènements climatiques qui touchent la Réunion, notamment aux fortes précipitations. Nous avons l’expérience de ces phénomènes, notre voix doit être entendue.

Je serai donc extrêmement vigilante à ce que l’État favorise un dispositif souple et agile, facilement appropriable par les collectivités et les services de l’État à tous les niveaux et aisément compréhensible pour la population. C’est dans ces seuls conditions que l’État sera à même de protéger efficacement la population. Conditions. Soyons lucides : les changements climatiques que connaissent notre planète conduisent à la multiplication des catastrophes naturelles. Il est de notre responsabilité, en tant qu’élus, de nous y préparer et de protéger les populations.

Je salue à nouveau le courage et l’efficacité des secours et de tous les acteurs qui se sont mobilisés sur le terrain, parfois dans des conditions extrêmement périlleuses pour protéger les Réunionnaises et les Réunionnais. Je tiens également à renouveler mes plus sincères condoléances à la famille et aux proches du jeune couple emportés par un torrent de boue et ma solidarité envers tous ceux qui ont subi des dégâts important durant le passage de Fakir.

Éricka Bareigts

 

mots clés de l'article : ALERTE , cyclone , Ericka Bareigts , Courrier des lecteurs , actus reunion , tempête Fakir

à voir également en vidéo

horaire des barges

Petite terre (Quai Issoufali)
Chaque 1/2h: 06h00 - 20h00
Chaque heure: 20h00 - 03h00

Grande terre (Gare maritime)
Chaque 1/2h: 06h30 - 20h30
Chaque heure: 20h30 - 03h30
voir toutes les horaires de barges