La CGTR, le FSU, FO et la SAIPER en ligne de front

Les syndicats se préparent pour de nouvelles mobilisations

photo Morgane Duriez imaz press reunion

Ce mercredi 18 septembre 2019, une conférence de presse intersyndicale se tenait dans les locaux de la CGTR à Saint-Denis. Au menu de cette conférence : les réformes à venir, en particulier celle des retraites. Sans surprise, les syndicats sont toujours vent debout devant les différents projets de loi qui seront discutés sous peu par le gouvernement. (Photo d’illustration rb/www.ipreunion.com)

Déjà ce lundi, un premier mouvement de grève a été enclenché, notamment chez les avocats et les employés des finances publiques. "Dès samedi, nous manifesterons tous contre le projet de réforme des retraites ainsi que le 24, toujours en intersyndicale" a indiqué Marie-Hélène Dor, secrétaire départementale du FSU. "La politique globale d'Emmanuel Macron est antisocial, que ce soit la réforme des retraites, mais aussi la casse de la fonction publique, la contre-réforme sur l'indemnisation chômage..." liste Yvan Hoarau, secrétaire général de la CGTR. Il pointe du doigt la baisse des retraites certaine si la réforme devait être adoptée. "Comment peut-on penser baisser le budget alloué aux retraites quand le nombre de retraités ne va faire qu'augmenter" s'interroge-t-il. Il espère par ailleurs qu'à La Réunion, la mobilisation reprenne comme au niveau national. "Je pense qu'à La Réunion nous avons notre part à faire, et notre souhait ardent est que notre mobilisation reprenne de plus belle. Toutes les problématiques posées par les Gilets jaunes sont toujours d'actualité, donc tous les ingrédients d'une mobilisation sociale sont là" conclut Yvan Hoarau.

Yvan Hoarau explique pourquoi la réforme des retraites serait pénalisante. Regardez :

Des visites ministérielles et présidentielles Lundi, Emmanuel Macron a par ailleurs déclaré que l'immigration et la sécurité devait être les priorités du gouvernment. Une affirmation qui fait grincer des dents. 'Aujourd'hui, quand on s'attaque à ce qui est fondamental pour un salarié, c'est-à-dire sa retraite, je pense qu'il y a plus important que ces sujets annexes" confie Marie-Hélène Dor. Concernant la visite d'Annick Girardin à La Réunion, qui débute aujourd'hui, les syndicats n'espère rien de sa part. "On l'a déjà vu venir et repartir sans que rien n'ait changé, alors sa visite n'a pas un immense intérêt" explique Marie-Hélène Dor. Le président sera aussi en visite dans l'île la troisième semaine d'octobre. Une visite qui devrait être suivie par les syndicats. "Celui qui est le chef d'orchestre de toutes les régressions depuis deux ans mérite au moins d'être interpellé" termine la syndicaliste. as / www.ipreunion.com