Réunion par Imaz Press, mercredi 7 septembre 2022 à 15:08
Risques professionnels

Six personnes tuées dans des accidents de travail en 2019

image description
image description

D’après le plan régional de santé au travail de La Réunion dévoilé ce mercredi 7 septembre 2022, 6 personnes sont décédées à la suite d’un accident de travail en 2019. On compte également 29,2 accidents pour 1.000 salariés à La Réunion contre 33,5 à l’échelle nationale. Ce plan régional a pour objectif de structurer la prévention des risques professionnels et l’amélioration des conditions de travail des salariés à La Réunion. Nous publions ci-dessous les axes de ce plan régional de santé au travail de La Réunion, communiqué par la préfecture de La Réunion. (Photo d’illustration : rb/www.ipreunion.com)

Pour la période 2021-2025, le plan régional de santé au travail 4 (PRST 4) a pour objectif de structurer la prévention des risques professionnels et l’amélioration des conditions de travail des salariés sur le territoire de La Réunion. Il est issu du Plan national de santé au travail 4 (PST 4) qui a été présenté le mardi 14 décembre 2021 en Conseil national d’orientation des conditions de travail. Plusieurs séquences d’échanges et de travail largement ouvertes, associant les partenaires sociaux et les préventeurs (notamment la Caisse générale de sécurité sociale, l’Agence régionale d’amélioration des conditions de travail et les services de santé au travail), ont permis de structurer les objectifs et les actions retenues au niveau local. Le PRST 4 a vocation à mettre en cohérence les actions de terrain et à en impulser de nouvelles.

Au total, 18 fiches-actions sont initiées dans le cadre du PRST 4.

• Les principales tendances en santé au travail

Accidents du travail

Sur le territoire de La Réunion, le taux d’accident du travail reste en dessous du taux national avec 29,2 accidents pour 1 000 salariés contre 33,5 pour la France entière. Entre 2015 et 2019, on constate une augmentation de 1 395 accidents de travail avec arrêt de travail, soit une augmentation de 33%. Dans le même temps, le nombre de salariés du régime général est passé de 188 000 à 193 000, soit une augmentation de 2,6%. Ainsi, l’indice de fréquence passe de 22,6 à 29,2. Le nombre de décès fluctue légèrement et s’établit à 6 en 2019.

La fréquence des accidents du travail reste en hausse de 7,3% par an depuis 2014. Les principales causes d’accidents demeurent la manutention, les chutes de plain-pied, les agressions (en augmentation) puis les chutes de hauteur.

Maladies professionnelles En 2019, 13 cas supplémentaires (308) de maladie professionnelle en premier versement ont été enregistrés par rapport à 2018 (295). Sur le long terme, la tendance est à la hausse. Il y a en moyenne 1,6 cas de maladie professionnelle pour 1 000 salariés en 2019 contre 1 en 2014. 90,3 % des maladies professionnelles concernent les troubles musculo-squelettiques (TMS), 3,9 % des cancers, infections bactériennes et autres, 2,3 % sont dues aux bruits. En 2019, il n’y a eu aucun cas de cancers professionnels, ni de décès liés à une maladie professionnelle.

Inaptitudes Sont particulièrement exposés aux inaptitudes les salariés âgés de plus de 50 ans, la catégorie des employés, les salariés des petites entreprises. Les activités de services au sens large sont proportionnellement plus touchées que l’industrie ou la construction. Les risques psychosociaux (RPS) et les troubles musculo-squelettiques (TMS) liés directement aux conditions de travail génèrent une large majorité des inaptitudes (60% de inaptitudes). Le poids des maladies invalidantes reste un sujet de préoccupation pour le salarié, l’entreprise et les pouvoirs publics. Le lien entre l’organisation du travail, les conditions de travail et les inaptitudes est souvent établi. Les principales contraintes physiques évoquées sont les postures contraignantes (52,8%), la manutention (46,4%), les gestes répétitifs (44,7%).

1 - La culture de la prévention au centre de l’action

La progression de la culture de prévention dans toutes ses dimensions constitue un enjeu majeur devant permettre une meilleure maîtrise des risques professionnels et d’améliorer la qualité de vie et les conditions de travail. Les nouvelles dispositions issues de la loi du 2 août 2021 pour renforcer la prévention en santé au travail représentent un levier pour développer l’évaluation des risques et la prise en compte des principes généraux de prévention au sein de l’entreprise. L’ensemble des acteurs doit être associé, notamment dans le cadre d’un dialogue social dynamisé à tous les niveaux. Le plan prévoit de développer la communication, l’accompagnement des entreprises, le travail en réseaux et l’intégration de la prévention dans les formations initiales et continues.

2 – La prévention de la désinsertion professionnelle : un enjeu majeur

La prévention de la désinsertion et de l’usure professionnelle constituent un enjeu en termes de santé publique. Le vieillissement de la population active et l’allongement des carrières incitent à agir sur tous les aspects de cette thématique.

Le développement de la culture de prévention dans toutes ses dimensions, la priorité accordée à certains risques (les troubles musculosquelettiques et les risques psychosociaux) et plus généralement, l’amélioration des conditions de vie et de travail, contribuent à prévenir l’usure et la désinsertion professionnelle. Ces actions sont complétées par l’objectif partagé avec les acteurs du programme régional d’insertion des travailleurs handicapés de renforcer l’efficacité du dispositif de maintien dans l’emploi.

La préoccupation grandissante de l’impact des addictions dans le milieu de travail fait aussi l’objet d’une attention particulière.

3 – Priorité à certains risques

La Réunion est concernée au même titre que le reste du territoire, par la nécessité de consacrer et mutualiser des moyens d’actions contre les risques professionnels les plus graves et les plus fréquents. La plupart font déjà l’objet d’actions concertées qu’il convient de renforcer et diversifier. L’accident de la route est la première cause de mortalité au travail. La prévention du risque routier fait l’objet d’une structuration des actions dans le cadre du plan.

4 – Approche globale de secteurs ou catégories de travailleurs

Les acteurs du PRST4 décident de pérenniser et d’initier des actions globales en directions de secteurs ou de catégories de travailleurs. L’implication des partenaires sociaux est le plus souvent recherchée dans le développement des actions.

La cohérence avec les autres actions du plan est prise en compte pour chaque action spécifique.

Ces articles pourraient aussi vous intéresser