sports par Paris (AFP) , mardi 23 février 2021 à 16:59

L1 : Marseille attend Sampaoli, en partance du Brésil

image description
image description

Jorge Sampaoli, pompier d’un Olympique de Marseille en plein incendie ? L’entraîneur argentin, en "discussions avancées" avec l’OM, selon son entourage, se rapproche peu à peu de la Canebière après avoir acté lundi soir son départ du club brésilien de l’Atlético Mineiro.

L'intérimaire Nasser Larguet, encore sur le banc samedi en Ligue 1 pour un triste match nul à Nantes (1-1), sait que ses jours aux commandes de l'effectif professionnel sont comptés.

Présenté par de nombreux médias comme la cible N.1 du directeur sportif Pablo Longoria depuis la mise à pied du Portugais André Villas-Boas début février, Sampaoli approche à grandes enjambées d'un retour en Europe, trois ans et demi après son départ du Séville FC, sa seule expérience professionnelle sur le Vieux Continent jusque-là...

Avec l'OM, "les discussions sont avancées mais ce n'est pas du tout conclu. Il manque encore des détails mais je pense que cela va se faire", a indiqué à l'AFP une source proche de l'entourage du technicien, mardi.

La route semble donc toute tracée pour cet apôtre du jeu offensif, ex-sélectionneur de l'Argentine et du Chili: après un dernier match de Championnat brésilien dans la nuit de jeudi à vendredi contre Palmeiras (01h30 vendredi heure de Paris), elle doit le mener vers le Stade Vélodrome de Marseille, où un contrat courant jusqu'en 2023 l'attend, selon plusieurs médias qui évoquent une venue à Marseille dès la fin de semaine.

- L'Atlético Mineiro, c'est terminé -

Le départ de l'Atlético Mineiro, lui, est déjà officiel. "La fin est arrivée. Jeudi, ce sera le dernier match", a écrit lundi Sampaoli, qui était pourtant lié au club brésilien jusqu'à la fin de l'année, dans une lettre destinée aux supporters.

La fin de l'aventure brésilienne du technicien âgé de 60 ans, qui aura passé moins d'un an sur le banc du club, a, dans la foulée, été confirmée par l'Atlético Mineiro, évoquant le "rôle important" joué par "Sampa" dans "le développement de l'Atlético grâce à sa discipline, son esprit et son énorme capacité de travail".

Sampaoli avait pris les rênes de l'Atlético Mineiro en mars 2020 et a remporté 25 des 44 rencontres disputées à sa tête (10 défaites, 9 nuls). Au Brésil, il a une fois de plus fait étalage de son tempérament agité, parfois même colérique.

Dernière sortie en date ? Son match, dimanche contre Recife (3-2), où il a écopé d'un carton rouge pour s'en être pris verbalement à un arbitre: l'Argentin était tellement fou de rage qu'il s'est déplacé jusqu'au milieu de la pelouse pour faire part de sa colère... Un excès qui le privera de banc de touche jeudi pour son dernier match.

- "Il vit sa passion" -

Ce caractère ramènera-t-il un OM en crise vers le succès ? C'est l'espoir que nourrit sans doute la direction du club, en conflit ouvert avec ses supporters.

"Il est tout le temps à 100%, mais les joueurs l'apprécient parce qu'en dehors il est beaucoup plus reposé, il est très attachant d'un point de vue humain. Il vit sa passion. Ça, ça va plaire aux Marseillais", a déclaré au micro de RMC Sport le défenseur international Adil Rami, qui l'a connu à Séville.

Mais le chantier est immense, alors que l'OM accueille dimanche Lyon dans un match des Olympiques toujours très tendu.

Sportivement, le club phocéen patine à la 7e place de Ligue 1 à 14 points du top 4, avec un match de retard. Et hors des pelouses, l'OM fait face à une fronde immense de ses supporters, qui ont récemment demandé, à l'unisson, la démission du président Jacques-Henri Eyraud, sur fond de rumeurs incessantes quant à une possible vente du club, toujours démenties fermement par le propriétaire Frank McCourt.

La crise a connu son sommet fin janvier et début février avec l'intrusion de dizaines de supporters au centre d'entraînement du club, de graves incidents ayant provoqué le report d'un match contre Rennes.

Et deux jours plus tard, l'entraîneur André Villas-Boas a annoncé sa démission dans une conférence de presse lunaire, se disant en désaccord avec la politique sportive, avant d'être mis à pied par sa direction quelques heures plus tard. Pour Sampaoli, le décor est planté...

mots clés de l'article : FRA , Foot , L1 , ARG , transferts

Ces articles pourraient aussi vous intéresser