image description
Mayotte mercredi 8 avril 2020

Sud Santé sociaux demande une « dotation exceptionnelle » pour le système de santé

220Dans un communiqué, le syndicat Sud Santé Sociaux dénonce une “catastrophe sanitaire prévisible” à Mayotte, liée au contexte déjà difficile, déstabilisé un peu plus par l’arrivée du Covid-19. Le « système de précarité entretenu depuis plusieurs années », notamment par le déficit en établissements de santé, « avec un seul hôpital », est fortement sollicité par plusieurs facteurs, « épidémie non contenue de dengue depuis plusieurs mois », « pic de naissance, leptospirose, grippe, bronchiolite ». Et donc le nouveau virus.220 220Leurs demandes sont multiples : une mobilisation de l’ensemble des moyens de sécurité civile et militaire, on peut penser que l’opération « Résilience » entre dans ce domaine, « une dotation exceptionnelle en moyens matériels et humains pour une prise en charge des malades », qui nécessite sans doute de faire un point sur les livraisons en matériel médical et en 24 personnels de santé annoncés par la ministre Girardin, “le dépistage systématique de l’ensemble des cas suspects”, « la réquisition d’établissements d’hébergement », c’est en cours avec l’ouverture de l’internat de Tsararano, « la mise en place d’un dispositif de ravitaillement en carburant en plus des cartes bancaires, et des moyens de déplacement, des professionnels qui sont dans l’obligation d’exercer en cette période difficile ».220 220Le syndicat appelle à intensifier la campagne de communication, avec notamment « une campagne envers la population non accessible par les médias », et à accélérer l’inauguration du 2ème hôpital de Petite Terre (5 ans de travaux !), l’extension de l’actuel et les études de la construction d’un 2ème établissement au centre de l’île.220 220L’article Sud Santé sociaux demande une « dotation exceptionnelle » pour le système de santé est apparu en premier sur Le Journal De Mayotte.220

image description
Mayotte mercredi 8 avril 2020

Malades chroniques : il ne faut rien lâcher !

220Les médecins s’alarment devant leurs cabinets à moitié vidés de leurs patients : « Ceux qui sont suivis pour des maladies chroniques ne viennent plus. C’est problématique car cela les fragilise face au virus, et ensuite, nous pourrions nous retrouver avec des cas plus graves au sortir de la crise du Corona », nous alerte l’un d’eux.220 220Les médecins hospitaliers travaillant en dispensaires font la même réflexion, « ils ont peur d’attraper le Coronavirus », constatent-ils. Sur son site, l’Agence régionale de Santé (ARS) de Mayotte, se veut rassurante : « Si vous êtes atteint par d’autres pathologies, ne négligez pas votre santé. Même pendant le confinement, les professionnels de santé continuent de vous soigner dans des conditions sécurisées. » Il est conseillé de contacter son médecin, de se rendre dans un centre de référence ou d’appeler le 15 en cas d’urgence.220 220Sont concernés les malades chroniques avec risques de complication, comme le diabète, ou l’hypertension, ainsi que ceux qui sont soignés pour des maladies infectieuses, cardio-vasculaires, ou d’autre pathologies nécessitant un suivi indispensables.220 220220Ma consultation sur Whatsapp220220 La sédentarité liée au confinement ne va pas arranger la santé des personnes diabétiques 220Certains professionnels de santé peuvent proposer à leurs patients une téléconsultation, indique la Caisse de Sécurité Sociale de Mayotte (CSSM), « cette solution permet la continuité des soins tout en limitant les risques de propagation du coronavirus. »220 220Une solution qui s’adresse aux patients connectés et qui devront auparavant caller le rendez-vous de téléconsultation avec le médecin. « La prise en charge à distance n’implique pas d’échanges de données médicales, elle peut donc se faire sans être équipé d’un logiciel spécifique de téléconsultation. Il suffit d’utiliser des applications vidéo telles que Skype, Whatsapp, Facetime », informe la CSSM.220 220Le suivi à distance des patients atteints du Covid-19 par téléphone, est possible par dérogation, « si les équipements du patient et de l’infirmier ne permettent pas un échange vidéo ». La prise en charge à distance concerne les primo consultants pour le Covid ou des personnes atteintes de forme non sévère.220 220La sécurité sociale informe que jusqu’au 30 avril 2020, ces téléconsultations sont prises en charge à 100% par l’Assurance maladie. Le patient n’a donc rien à régler sauf si le médecin ne pratique pas le tiers payant ou dans le cas de dépassements d’honoraires. Le paiement se fera en ligne, ou par virement ou plus tard par chèque. En fonction de ces cas, la feuille de soins sera soit envoyée directement à la caisse d’assurance maladie du patient, soit à son adresse, charge à lui de la transmettre ensuite.220 220220Les pharmacies des dispensaires fermées220220 C’est fini de tels regroupement à la pharmacie de Jacaranda qui a fermé ses portes (Image d’archive) 220Dans le cas où une ordonnance est délivrée, le médecin peut la transmettre par mail sécurisé à la pharmacie du patient, ou par voie postale. Si les pharmaciens libéraux sont actuellement ouverts, avec une liste de garde les week-ends, c’est plus compliqué pour les pharmacies des dispensaires. Elles sont fermées, et ne délivrent les médicaments que sur recommandation du médecin. Par ailleurs, rappelons que seuls les dispensaires de Koungou et Mtsapéré sont ouverts. Ainsi que les centres de référence de Dzoumogne, Mramadoudou, Kahani et Dzaoudzi. Les personnes qui ne sont pas outillées pour la téléconsultation, peuvent donc s’y rendre. A Jacaranda, une filières spéciales a justement été ouverte pour les maladies chroniques, sans rendez-vous.220 220Une double entrée est également mise en place aux urgences, avait annoncé Dominique Voynet, pour séparer les suspicions de Covid, des autres.220 Les ordonnances reconduites jusqu’au 15 avril 220Et bonne nouvelle, pour éviter tout déplacement supplémentaire, une ordonnance délivrée pour maladie chronique, ou dans le cas d’anxiolytiques ou de substitution aux opiacés, dont la validité est dépassées, est automatiquement reconduite jusqu’au 15 avril 2020, date annoncée comme la fin de l’état d’urgence.220 220Dans ce cas, les infirmiers sont également autorisés à poursuivre leurs soins jusqu’à la même date, lorsqu’ils touchent à une affection de longue durée, ou à la prescription de dispositifs médicaux, ou au suivi de la prise médicamenteuse pour les patients atteints de troubles psychiatriques et de troubles cognitifs, ou enfin, de soins infirmiers à domicile pour un patient, quel que soit son âge, en situation de dépendance temporaire ou permanente.220 220Anne Perzo-Lafond220 220L’article Malades chroniques : il ne faut rien lâcher ! est apparu en premier sur Le Journal De Mayotte.220

image description
Mayotte mercredi 8 avril 2020

Le pont aérien en action

220Comme promis, le B787-8 d’Air Austral assure la livraison de fret sanitaire, puisqu’il a atterri ce mardi à 13h sur la piste de Pamandzi, en provenance de La Réunion. Il était à moitié chargé « de réactifs », très attendus pour pratiquer les tests de dépistage au Covid-19, et « des médicaments pour l’hôpital », nous indique l’ARS. Mais il livrait également des produits alimentaires, le frais périssable qui ne sont habituellement transportés que par voie aérienne. Il repartait ensuite pour La Réunion avec des malades à évasaner.220 220Mais ce mardi se posait également un CASA de l’armée de l’air, qui transportait 1,4 tonne de fret dans le cadre de l’opération Résilience annoncée par le président de la République, qui alloue les forces armées en soutien à la population, notamment des territoires ultramarins. C’est dans ce cadre que le Champlain a livré ce lundi une citerne de 20.000 litres d’oxygène liquide et 1.000 litres d’alcool pur à destination de l’hôpital.220 Déchargement de gels hydroalcooliques du CASA (Photo FAZSOI) 220« Le chargement, composé de plus d’une tonne de solution hydro alcoolique (mise à disposition par la distillerie Isautier, implantée sur l’île de La Réunion) mais également de masques et de gants, est destiné à la Plateforme d’intervention régionale (PIROI) de la Croix Rouge française et au Conseil départemental de Mayotte », indique le communiqué des FAZSOI.220 220Le Département a en effet réceptionné 900 litres d’alcool pour élaborer du gel hydroalcoolique, en direct d’une rhumerie de La Réunion, mais les masques ne sont pas encore d’actualité, « nous sommes en train de chercher une solution pour les acheminer », explique le vice-président Issa Abdou. Le Service des Transports Maritimes (STM) et les PMI seront dotées prioritairement, “avant le déploiement progressifs des distributeurs dans les lieux publics”.220 La livraison réceptionnée au CD : quasiment du rhum en lave-main ! 220Anne Perzo-Lafond220 220 220 220L’article Le pont aérien en action est apparu en premier sur Le Journal De Mayotte.220

image description
Mayotte mercredi 8 avril 2020

Le séisme du 21 mars sans lien direct avec l’essaim et l’éruption en cours

220Liés ou pas liés ? L’essaim de séisme à l’est de Mayotte, provoqué par une éruption sous-marine à 50km de Petite Terre, nous a habitués aux secousses surprise. Mais celle du 21 mars dernier était inhabituelle. Clairement identifiée comme d’origine tectonique et non volcanique, elle n’en reste pas moins une des plus forte de la zone. Pour rappel, d’abord estimée à 5.8, sa magnitude a été réévaluée à 5, avec une marge d’erreur de 0,3, soit entre 4,7 et 5,3.220 220“C’est la première fois qu’on a un séisme aussi fort dans cette zone là mais on en a eu 4 entre 1984 et 2019, entre 3,3 et 4,3 de magnitude” rappelle Frédéric Tronel, directeur du BRGM, le bureau de recherches géologiques et minières de Mayotte. D’autres, un peu plus forts, ont été localisés plus au sud, toujours en lien avec le même phénomène tectonique.220 220Pour autant, l’essaim de séisme pourrait être corrélé à ce nouveau phénomène.220 220“Ce qu’il faut retenir c’est qu’on a eu un séisme régional, sur une ride volcanique qui n’est autre que l’arc des Comores, qui va de Grande Comore jusqu’à Mayotte. On a déjà eu des séismes historiques dans cette zone, ça pourrait être la frontière entre deux plaques, une au nord la plaque somalienne, qui va vers l’est et une au sud qui va vers l’ouest”, poursuit l’ingénieur. “Le phénomène qu’on a à l’est de Mayotte peut induire des contraintes qui vont se propager dans le sol et induire des déblocages d’énergie par ailleurs. Il peut y avoir une liaison entre les deux phénomènes.”220 220Ainsi l’éruption et le déplacement de Mayotte vers l’est pourraient étirer la croûte terrestre, et favoriser des séismes tectoniques, notamment le long de la ride à l’ouest. D’autres seraient donc à prévoir, à des échéances imprévisibles.220 Infographie du Revosima 220“C’est un tout, on peut imaginer que tout déplacement génère des contraintes et que ça craque par moment. Il y en aura d’autres comme il y en a eu dans le passé.”220 220Une analyse qui rejoint celle du Révosima, le réseau de surveillance du nouveau volcan qui écrit dans son rapport du mois de mars que “les contraintes mécaniques accumulées sur des structures tectoniques dans la zone depuis longtemps peuvent être relâchées brusquement par l’intermédiaire de séismes plus ou moins fortement ressentis et dont la magnitude peut dépasser 5. Il est d’ailleurs possible que l’intense activité magmatique et volcanique à l’est de Mayotte puisse favoriser la libération de ces contraintes tectoniques. Simultanément à l’activité sismo-volcanique à l’est de Mayotte, d’autres séismes d’origine tectonique sont possibles dans le futur dans la région et pourraient être fortement ressentis par la population.”220 Le Marion Dufresne est attendu, mais quand ? 220Cette actualité qui fascine toujours autant les scientifiques est en revanche perturbée par une autre crise, celle de l’épidémie de coronavirus, qui freine la recherche. Plusieurs missions étaient attendues pour les semaines à venir, avec notamment des forages et l’arrivée du Marion-Dufresne. Actuellement, tout est suspendu.220 220“Les prochaines étapes font l’objet de grandes discussions, il était prévu que le Marion Dufresne vienne, avec le confinement c’est plus délicat pour acheminer les scientifiques à bord. C’est en cours. Des missions sont nécessaires car on a du matériel à aller retirer ; d’ici la fin de la semaine on en saura plus” informe le directeur du BRGM.220 220YD220 220L’article Le séisme du 21 mars sans lien direct avec l’essaim et l’éruption en cours est apparu en premier sur Le Journal De Mayotte.220

image description
Mayotte mercredi 8 avril 2020

Covid-19 : les solutions de Médecins du Monde pour l’accès à l’eau des ménages précaires

220A son tour Médecins du Monde alerte sur l’impact de l’épidémie sur les populations précaires. Qui souffrent d’une « vulnérabilité aiguë sur le plan nutritionnel aggravée par un manque d’accès à l’eau ».220 220Une situation qui a été aggravée par le « coup d’arrêt porté à l’économie informelle », qui était comme nous l’avons souligné plusieurs fois, leur seul moyen de subsistance, provoquant une « crise alimentaire ». L’accès problématique aux quelques bornes fontaines opérationnelles, « ouvertes quelques heures par jour », provoquent des rassemblements, et des problèmes sanitaires. Difficile de se laver les mains plusieurs fois par jour quand on n’a pas d’eau.220 220La solution évoquée par Dominique Voynet d’installation des rampes d’eau ne s’est pas concrétisée, et est reprise par l’association, qui propose aussi des Bladders/réservoirs d’eau, des citernes mobiles, et « l’ouverture des sanitaires des bâtiments publics à toutes et tous ».220 220Plus globalement, Médecins du Monde propose une « action coordonnée, collective et simultanée regroupant tous les acteurs institutionnels (rectorat, ARS, forces de l’ordre et militaires …) et associatifs du département avec l’accord et l’impulsion de la préfecture afin de garantir des conditions de distribution alimentaire équitable auprès des plus vulnérables ».220 220L’article Covid-19 : les solutions de Médecins du Monde pour l’accès à l’eau des ménages précaires est apparu en premier sur Le Journal De Mayotte.220

image description
Mayotte mercredi 8 avril 2020

Nouvel épisode de grande marées dès ce mercredi

220“Les services chargés des secours et de la sécurité (18 ou 17) ainsi que les maires ont été prévenus afin qu’ils demeurent vigilants”, indique la préfecture.220 220Les marées suivantes, intégrant le phénomène de subsidence, sont attendues :220 220> mercredi 8 avril 2020 :220 • une marée de 4m11 à 4h20,220 • une marée de 4m30 à 16h38.220 > jeudi 9 avril 2020 :220 • une marée de 4m13 à 4h58,220 • une marée de 4m39 à 17h14.220 > vendredi 10 avril 2020 :220 • une marée de 4m33 à 17h51.220 > samedi 11 avril 2020 :220 • une marée de 4m15 à 18h28.220 220Bien que les prévisions météorologiques annoncent une tendance plutôt calme d’ici la fin de la semaine, la préfecture rappelle que les conditions météorologiques peuvent en accentuer l’impact et demande aux habitants de Mayotte de mettre en œuvre les consignes de sécurité suivantes :220 220• Tenez-vous au courant du niveau des marées et de l’évolution de la situation météorologique sur le site de Météo France.220 • Dans le cadre des déplacements dérogatoires autorisés, circulez avec précaution en bord de mer en adaptant votre vitesse.220 • Ne vous engagez pas sur une route fermée à la circulation.220 • Les accès aux plages sont strictement interdits.220 • Si vous habitez en bord de mer :220 – protégez vos biens face à la montée des eaux (installer des batards d’eau, relever les mobiliers),220 – coupez l’électricité, l’eau et fermez les bouteilles de gaz,220 – préparer votre kit d’urgence (médicaments, vêtements, alimentation, etc.),220 – si nécessaire, évacuez vos habitations et gagnez les lieux d’accueil prévus par votre mairie.220 Écoutez les consignes de sécurité.220 220L’article Nouvel épisode de grande marées dès ce mercredi est apparu en premier sur Le Journal De Mayotte.220