image description
Orange à Mayotte mardi 22 décembre 2020

De l’île aux parfums à l’île intense, et vice-versa

220Natif de Mayotte, Soifane Ramadani a fait une grande partie de sa vie et de sa carrière à la Réunion, avant de revenir vers son « île-mère ». Un parcours riche et diversifié, qui illustre les différentes opportunités professionnelles accessibles au sein de la DO Réunion-Mayotte.220 220220 220D’une île à l’autre : l’itinéraire de Soifane se partage depuis toujours entre Mayotte, dont il est natif, et la Réunion, où s’est faite la plus grande partie de son parcours scolaire et professionnel – agrémenté de quelques passages en métropole.220 220220Lancement de carrière à la Réunion220220 220Fraîchement diplômé d’un BTS Comptabilité-Gestion des organisations et d’une Licence Droit, Economie, Gestion avec mention RH, Soifane découvre le monde du travail en 2006 au sein du groupe Foucque Automobiles à la Réunion. Pendant 4 ans, il évolue au sein d’une filiale et y gère les opérations de comptabilité générale et de reporting. Entre l’univers de la concession automobile et les télécoms, le grand écart semble important et pourtant, Soifane intègre Orange en 2010 alors que la société Foucque est confrontée à des problèmes économiques importants. La DRH de la filiale dans laquelle il travaillait, qui l’a précédé en rejoignant l’opérateur un peu plus tôt, lui accorde sa confiance pour connaître et apprécier son profil et ses compétences. Là, il partage son expérience et son expertise au sein du département Revenus comme chargé de facturation, avant d’assumer le rôle d’assistant RH au pôle Recrutement.220 220220« Home sweet home »220220 220En 2014, le retour vers sa terre natale se profile quand des postes se libèrent à la boutique de Kawéni. Soifane saisit l’opportunité et devient donc vendeur, avant de passer l’année suivante par l’Ecole de l’Excellence/Relation Client. Il sera par la suite nommé Conseiller référent puis vendeur leader de la boutique. 220« Pour la suite de ma carrière220, confie-t-il, 220mon projet est d’évoluer vers un poste de Responsable de Boutique Adjoint et, pourquoi pas, un jour, de Responsable de Boutique »220.220 Réussi sur le plan professionnel, son retour à Mayotte est un peu plus compliqué du point de vue personnel : 220« ma famille est restée à la Réunion220, précise Soifane. 220Mais tous ont fait preuve de compréhension de bienveillance s’agissant de cette opportunité, ma compagne notamment qui m’a soutenu dans mon besoin d’épanouissement professionnel. Ça se passe bien, moyennant des allers-retours fréquents entre les deux îles »220 !220 220220Engagement citoyen220220 220L’emploi du temps est chargé donc, d’autant plus que Soifane est conseiller municipal à la culture, au patrimoine et à la bibliothèque de sa commune, à Dzaoudzi, et vice-président de l’intercommunalité de Petite-Terre. 220« J’ai toujours été engagé en tant que citoyen et travailleur, dans les mondes associatif et syndical. A la Réunion notamment, j’ai monté une association culturelle de quartier dédiée à la valorisation du patrimoine mahorais. De retour à Orange Mayotte, j’ai par ailleurs assumé le secrétariat du CHSCT. L’implication dans la vie civique locale était en quelque sorte la continuité logique de cet engagement. Cela fait beaucoup de travail, mais quand on aime ce qu’on fait, on ne compte pas les heures »220 !220

image description
Orange à Mayotte mardi 22 décembre 2020

Le debaa : un chant par et pour les femmes

220Pratique dansée et chantée traditionnelle soufie, le debaa est un marqueur de la culture mahoraise du 20ème siècle et d’aujourd’hui. Le reflet de sa diversité, de sa vitalité et de sa créativité !220 220220 220Le debaa est une pratique culturelle et cultuelle mahoraise réservée aux femmes. Cet art de l’islam, tiré du soufisme, trouve ses racines dans le kaléidoscope des expressions culturelles de Mayotte, qui se composent d’aspects africains, indo-océaniques et arabo-musulmans.220 220220Un trésor vivant du patrimoine mahorais220220 220A la fois chant, danse, rencontre, etc., le debaa est toujours un événement et l’opportunité pour ses représentantes de se parer de bijoux et de revêtir leurs plus beaux saluvas – la tenue traditionnelle des femmes mahoraises. Coiffées de fleurs de jasmin, de la dentelle de henné recouvrant leurs bras et leurs mains, elles peuvent alors entamer leurs psalmodies à la gloire du prophète Mohammed.220 Mais avant tout cela, comment naît le debaa ? Dans des moments d’échanges et de complicité entre femmes, qui aboutissent à la programmation de nouvelles rencontres. En prévision de celles-ci, les groupes répétent les anciens chants et en créent de nouveaux à partir d’un mot, d’une phrase, d’un texte puisé dans une des nombreuses anthologies de poésie mystique en circulation à Mayotte. En même temps, les femmes s’organisent pour confectionner leurs saluvas. Et, la veille de la rencontre, les plus jeunes préparent des boules de fleurs, notamment faites de jasmin.220 220220 220220La reconnaissance de l’UNESCO220220 220En général, les rencontres se tiennent le dimanche. Les groupes de musiciennes et de danseuses réunies composent une explosion de couleurs et de lumières chatoyantes, et chacune est prête à donner le meilleur d’elle-même. A la fin des rencontres, les groupes invités sont débiteurs : à leur tour, ils deviendront organisateurs et échangeront l’invitation. C’est ainsi que la tradition se perpétue sur l’île depuis des décennies.220 Art féminin par excellence, emblématique de la culture mahoraise, le debaa fait l’objet d’un processus de patrimonialisation, avec un projet d’inscription au patrimoine immatériel de l’UNESCO. Sans oublier les nombreuses tournées, rencontres et manifestations organisées par le Conseil Départemental qui font vivre et rayonner cet art encore méconnu au-delà des frontières de Mayotte.220 220Pour aller plus loin :220 220Au cœur du debaa, par Eléna Bertuzzi et Laure Chatrefou (PDF)220 220220Photos : Bertrand Fanonnel, 2018 / CC BY-SA 4.0220220

image description
Orange à Mayotte mardi 22 décembre 2020

Le digital comme accélérateur du développement

220Comment l'écosystème mahorais du digital se structure-t-il ? Autour de quels enjeux et projets son développement est-il axé ? Réponses avec Feyçoil Mouhoussoune, gérant d'ETIC Services et Président du Groupement des Entreprises Mahoraises des Technologies de l'Information et de la Communication (GEMTIC), dont Orange est l’une des 94 entreprises mahoraises adhérentes.220 220220 220220Pouvez-vous nous présenter la vocation et l'action du GEMTIC ?220220 220Le GEMTIC est un groupement d'entreprises du digital créé en 2012 à l'initiative de la CCI Mayotte. Nous assumons plusieurs missions. De communication, de promotion et de valorisation de la filière et des métiers numériques, à destination de la jeunesse notamment. Nous portons par ailleurs la voix et les intérêts de la filière dans les discussions stratégiques avec les décideurs publics. Nous avons aussi vocation à accompagner les dirigeants d'entreprises, dans une filière où les créations sont nombreuses, ainsi que les échecs : paradoxalement, certaines entreprises du digital n'ont pas encore accompli leur propre transformation digitale. Nous essayons de repérer les porteurs de projets très innovants afin de les accompagner et de leur proposer un écosystème d'accélération adapté. C'est tout le sens, par exemple, d'un appel à projets lancé récemment par l’Agence de Développement et d’Innovation de Mayotte (ADIM), avec qui nous travaillons, pour le développement du territoire, et très axé sur l'innovation numérique.220 220220Dans la continuité de ce concours d'innovation, quels sont les autres projets qui contribuent ou vont contribuer à soutenir la filière à Mayotte ?220220 220Le GEMTIC avait initié un projet de technopole fédérant des outils d'accompagnement à l'innovation, sur lequel la Chambre de Commerce a désormais pris le relais. Un projet structurant que nous portons concerne la création d'un datacenter sur l'île, afin de structurer une offre de services de proximité pour des besoins critiques. Nous parlons de solutions basiques comme de haut niveau en vue de dynamiser les nouveaux usages autour la ville intelligente, etc. Nous sommes un territoire jeune et insulaire, et ce datacenter constituera une brique complémentaire précieuse pour le développement de la filière, à son ouverture attendue pour le premier trimestre 2022.220 Enfin, au mois de septembre, nous nous sommes positionnés sur le label French Tech, qui rassemble le mouvement français des start-up. Nous sommes conscients de notre "jeunesse", mais les choses vont vite, des initiatives et des acteurs sont déjà lancés. Nous ne voulions pas perdre de temps dans la structuration de l'écosystème. Nous pensons que c'est le bon moment, alors que nous bénéficions du soutien de nombreuses institutions dans cette démarche. Nous ne nous fixons ni de limites, ni de contraintes ni de pression : même si nous échouons, nous aurons appris.220 220220De quelles manières et dans quelle mesure les NTIC irriguent-elles l'environnement socio-économique de Mayotte ?220220 220Il faut commencer par rappeler que plus de la moitié de la population mahoraise a 20 ans ou moins, et a toujours vécu dans un monde numérique. Le digital n'est certes pas une fin en soi, mais il constitue un terreau d'opportunités sans pareil. Le territoire de Mayotte se développe à marche accélérée, avec beaucoup de mutations. Le département est en quelque sorte en train de se créer, au 21ème siècle, et les enjeux sociaux, économiques, etc., auxquels il fait face peuvent être adressés avec les NTIC, à condition de savoir mobiliser et associer les ressources. Nous ne pouvons pas nous construire sans. Le bond technologique est de taille, mais il faut l'initier dès maintenant, et avec résolution.220

image description
Orange à Mayotte jeudi 17 septembre 2020

Said Mattoir : retour aux sources pour un nouveau départ

220Said Mattoir est revenu s’installer à Mayotte après une douzaine d’années en métropole. Depuis septembre, il occupe le poste de Technicien au sein du Groupe d’Intervention Locale de l’île.220 220220 220Comme nombre de Mahorais, Said Mattoir s’est envolé pour la métropole juste après le bac pour suivre des études supérieures. Après une formation administrateur systèmes et réseaux, il occupe différents postes, plutôt tournés vers l’informatique. 220« Intégrer Orange, confie-t-il, c’est l’occasion de voir comment ça se passe côté fournisseur de réseau. Au niveau des technologies, je rencontre des choses nouvelles et intéressantes. C’est donc un poste enrichissant, qui complète ce que j’ai appris dans mes expériences passées »220.220 220220Candidature spontanée220220 220Si son cœur l’a ramené à Mayotte, ce sont ses compétences qui ont conduit Said à franchir le seuil d’une agence Orange pour y présenter spontanément sa candidature. Peu de temps après, une création de poste correspondant à son profil lui a ouvert les portes de l’entreprise. Il fait aujourd’hui partie d’une petite équipe de six personnes aux spécialités diverses, qui intervient sur tout le périmètre de l’île.220 220220Bienvenue chez Orange220220 220220« J’ai été très bien accueilli par mon équipe et j’ai pu faire connaissance avec les différents services d’Orange Mayotte. J’avais aussi commencé une immersion à la Réunion, qui a malheureusement dû être interrompue et reportée à cause de la pandémie de Covid-19. Mais j’ai beaucoup appris ici, au contact de mes collègues, qui m’ont aidé à m’intégrer et à prendre en main mon nouveau poste. »220220 220220 220220Dépaysement, ou repaysement ?220220 220Quand on s’était accoutumé à la vie en métropole, retourner s’installer à Mayotte est l’assurance d’un grand changement en même temps qu’un retour aux sources : les gens, les paysages, les transports, tout est différent. 220« Je suis heureux d’être revenu auprès de ma famille, et d’entrer dans une grande entreprise. Je mets mon expérience à profit pour montrer ma valeur, et si tout se passe bien, j’espère rester le plus longtemps possible chez Orange. »220 On lui souhaite une belle aventure professionnelle et humaine sous le ciel mahorais !220

image description
Orange à Mayotte jeudi 17 septembre 2020

Les doukas au cœur du réseau de distribution Orange à Mayotte

220Disséminés un peu partout sur l’île jusque dans des zones reculées pour permettre aux habitants de s’approvisionner en produits divers, les « doukas » sont typiques et emblématiques de la vie mahoraise. Et constituent depuis le début des années 2000 des maillons essentiels de la chaîne de distribution des produits et services Orange.220 220220 220Les doukas sont indissociables du paysage et du tissu socio-économique de Mayotte. Ces petites boutiques, qui ont émergé alors que les infrastructures de transport étaient encore peu développées, se retrouvent autant au détour des rues au cœur des villes que dans la brousse, dans des régions plus isolées.220 220220Réseau de proximité220220 220Parce qu’ils offrent la possibilité aux milliers d’habitants d’accéder à des produits alimentaires et de première nécessité un peu partout, les doukas sont devenus des commerces de proximité essentiels à la vie de l’île. Et, depuis quelques années, des relais tout aussi essentiels dans le circuit de distribution local des produits et services d’Orange, qui s’appuie sur 220« un réseau physique uniquement, et une seule boutique propriétaire220, explique Abdallah Ridjali, Responsable de boutique. 220Limités à la vente de cartes de recharge au départ, les doukas commercialisent aujourd’hui des kits prépayés également, et représentent la majorité des activations Mobile Orange sur l’île. »220220 220220Animation des doukas220220 220La plupart des doukas mahorais ont ajouté la « casquette » Orange à leur activité courante et apposé le logo du Groupe à leur enseigne. Pour mener à bien leur mission de revendeur, ils disposent d’un accompagnement sur-mesure. 220« Nous travaillons avec un grossiste partenaire qui participe à l’approvisionnement des doukas en recharges et kits ainsi qu’à leur formation. Tout au long de l’année, deux collaborateurs Orange Mayotte font le tour des boutiques et sont sur le terrain pour conseiller et former les revendeurs sur les techniques de vente et procédures d’activation. »220220 Orange peut donc atteindre tous les habitants de l’île grâce au réseau des doukas, des plus petits dans des zones difficiles d’accès jusqu’aux plus importants dans les villes – les Douka Bé (Bé signifiant "grand" en mahorais). Et le réseau continue de se développer année après année pour toucher toutes les communautés de Mayotte !220 220220